Sang mentir : sang blague.

20/03/2020

Titre : Sang mentir

Auteur : Pierre Bordage et Anelise Jousset

Editions : Flammarion

Prix : 13,00€

Parution : 5 février 2020

Nombre de pages : 217 pages

Genre : Thriller

Résumé : Un soir, en sortant du lycée, Odeline remarque qu'une voiture la suit. Le conducteur semble en savoir beaucoup sur son passé. Aidée par ses amis, elle décide de découvrir qui est cet homme. Des secrets de famille surgissent alors, bouleversant l'existence de la jeune fille. Faut-il se mettre en danger au nom de la vérité ?

.

Il existe un cliché assez récurrent quand il est question de littérature, c’est que cette dernière est figée dans le temps, ne parvenant plus à éveiller l’émoi et l’imagination d’un public adolescent. C’est évidemment d’une bêtise forte tant les exemples de livres jeunesse démontrant la présence forte des livres dans la construction de la jeunesse et l’édification de ses valeurs sont nombreux. Bien que le livre du jour n’en soit pas le meilleur exemple, il démontre néanmoins qu’il y a encore un grand nombre de lecteurs plus jeunes que les éditeurs et écrivains essaient de toucher.

Le roman de Pierre Bordage et Anelise Jousset tente ainsi de s’inscrire dans une veine plus thriller, mixée à des questionnements systématiques ressentis durant l’adolescence, notamment par rapport à sa propre place ou son rapport à des parents face auxquels on ne se reconnaît que trop peu. En ce sens, le personnage d’Odeline devrait toucher un bon nombre de jeunes filles qui pourront se reconnaître dans ce portrait d’enfant devenant adulte par le biais d’un événement marquant. D’ailleurs, on sent l’effort des auteurs pour faire un récit qui passe vite dans ses événements.

Malheureusement, le tout marque globalement peu. Il se lit certes sans déplaisir mais son rythme semble parfois avancer bien trop rapidement pour son propre bien, rendant certaines relations plus anecdotiques (notamment entre l’héroïne et certains personnages secondaires). Les aspects plus dramatiques en viennent à manquer d’un certain impact qui permettrait au tout de fonctionner à plein régime.

Au final, « Sang mentir » relève du livre qui se découvre vite et manque d’épaisseur dramaturgique pour totalement aller à plein régime. Néanmoins, cette critique ne doit pas occulter qu’on sent que Pierre Bordage et Anelise Jousset parviennent à aborder en fond et par la nature de l’intrigue un passage vers un autre âge qui se doit de prendre en compte une découverte de soi. Le tout passe avec une vitesse qui devrait pousser un public plus jeune à tourner les pages pour en savoir plus sur ce passé familial qui va chambouler Odeline. C’est donc un petit roman plaisant à défaut d’être inoubliable.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *