Laisse-moi entrer : à s’en glacer le sang

22/04/2020

Titre : Laisse-moi entrer

Auteur : John Ajvide Lindqvist

Editions : Bragelonne

Prix : 9,00 €

Parution : Mars 2020

Nombre de pages : 608 pages

Genre : Fantastique

Résumé : Oskar a 12 ans, il vit seul avec sa mère au cœur d'une banlieue glacée de Stockholm. Il est martyrisé par trois adolescents de son collège. Eli emménage un soir dans l'appartement voisin. Un homme l'accompagnait. Elle sort le soir, semble ne craindre ni le froid ni la neige et exhale une odeur douceâtre et indéfinissable. Une magnifique et sanglante histoire d'amour et d'amitié entre deux êtres désespérément seuls et différents.

.

Les comparaisons avec Stephen King sont légion dans le domaine de la littérature fantastique. C’est un choix logique au vu de la popularité de l’auteur de « Ça » et « Jessie » mais la pertinence critique s’arrête là tant il semble que l’on fasse le lien uniquement sur la base de récits fantastiques sans réellement mettre en parallèle leurs thématiques respectives. On avait donc peur de la répétition de cette même mise en relation absconse. Et pourtant, une fois le roman de John Ajvide Lindqvist terminé, on peut effectivement comprendre que l’on en parle comme d’un King suédois au vu de la manière dont certaines de leurs thématiques se rejoignent.

Lindqvist use ainsi de sa figure vampirique pour bouleverser toute un microcosme urbain avec autant d’émotion que de frayeur. Difficile de ne pas avoir du mal à lire certaines séquences horrifiques tant l’aspect graphique de celles-ci peut provoquer une certaine forme de rejet. Cela rentre encore plus en opposition avec des scènes plus marquées par le regard adopté par Oskar. Celui-ci capte la cruauté du monde aussi bien des enfants que des adultes tout en parvenant à trouver le réconfort dans une autre personne isolée, monstre aux yeux de la société mais surtout maudite par son statut.

Le récit n’hésite pas à multiplier les points de vue, notamment celui de victimes collatérales qui doivent coexister avec la situation, dans une peur qui les marque dans leur intimité ou une frustration dérangeante qui transforme l’humain amoureux en créature monstrueuse. Cette galerie n’est pas aussi passionnante que la relation douce-amère entre Oskar et Eli mais cela étoffe plus les questionnements sur le traitement vampirique et amène encore plus de drame dans une tragédie moderne bouleversante.

C’est par ces derniers mots que nous décrirons le fantastique roman de John Ajvide Lindqvist tant « Laisse-moi entrer » nous fait passer par un large panel d’émotions et sublime son argument fantastique par une dramaturgie bouleversante, faisant encore plus exploser ses moments horrifiques et nous laissant à la dernière page lessivé par son récit.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *