The Peanut Butter Falcon – Une aventure au grand cœur

21/04/2020

Titre : The Peanut Butter Falcon

Réalisateur : Tyler Nilson, Micheal Schwartz

Avec : Shia LaBeouf, Zack Gottsagen, Dakota Johnson, John Hawkes, Thomas Haden Church, Bruce Dern, ...

Genre : Aventure, drame

Durée : 1h37

Nationalité : Américain

Sortie : 2019

Résumé : Atteint de trisomie 21, Zak vit dans une maison de retraite médicalisée où il côtoie Eleanor, son aide-soignante. Mais Zak rêve de devenir lutteur professionnel. Ainsi, une nuit, il s'échappe pour se rendre à une école de lutte. Durant sa fuite, il fait la connaissance de Tyler, un homme en cavale qui le prend sous son aile. Tyler accepte de conduire Zak jusqu'à sa destination. Le duo, qui a développé une belle amitié, est rejoint par Eleanor qui les somme de retourner à la maison de retraite. Devant le refus catégorique des deux hommes, celle-ci accepte de les suivre sur leur radeau de fortune qui les mènera vers une extraordinaire aventure.

The Peanut Butter Falcon est un drôle de nom pour un film au grand cœur d’un charme rare. Pourtant, après avoir visionné cette petite pépite, ce titre prend tout son sens et aucun autre n’aurait pu être aussi adéquat. Il y a, dans ce premier long-métrage du duo de réalisateurs Tyler Nilson et Micheal Shwartz, une tendresse saisissante. Celui-ci extirpe ses personnages de leur quotidien morose et les plonge dans une aventure qui change la vie, avec un regard rempli de bienveillance.

Zak (Zack Gottsagen), un jeune homme trisomique de vingt-deux ans placé dans une maison de retraite à défaut de mieux, est obsédé par le catch. Il se repasse en boucle une cassette vidéo de « Salt Walter Redneck », son catcheur préféré avec une seule ambition en tête : rejoindre l’école de catch de son héros et devenir un champion. Un soir, animé par cette idée, il parvient à s’évader de son établissement et se cache sur un vieux bateau. Ce dernier appartient à Tyler (Shia LaBeouf), un hors-la-loi et pêcheur en difficulté après s’être vu refuser la vente de ses crabes volés car il ne dispose pas de permis. Suite à un accrochage avec les autres pêcheurs locaux, il incendie, pour se venger, l’équivalent de 12 000 dollars de matériel. L’incendiaire s’échappe alors sur son vieux bateau, sur lequel il découvre Zak dissimulé. Après avoir échappé à ses deux poursuivants, Tyler pense laisser derrière lui le passager clandestin, une fois qu’ils auront atteint le rivage. Mais après réflexion, il accepte de le conduire jusqu’à sa destination.

Parallèlement, Eleanor (Dakota Johnson), bénévole bienveillante de la maison de retraite et amie de Zak, est chargée de le retrouver avant que les autorités ne soient informées de sa disparition. Tandis que les deux pêcheurs malveillants que Tyler a contrariés le suivent à la trace pour le retrouver et lui faire la peau.

Le cœur du film se constitue autour du lien s’établissant entre Tyler et Zak. Chacun fuit quelque chose et espère trouver mieux à l’issue de ce périple : Zak entend bien réaliser son rêve, tandis que Tyler cherche juste à échapper à sa condition et son passé douloureux, sans véritable but final. Pourtant, tous deux se complètent singulièrement, construisant une réelle relation, de plus en plus puissante au fil de leur cavale. Il y a entre eux un respect évident qui ne cesse de grandir à mesure des épreuves qu’ils partagent ensemble. De plus, le regard que Tyler porte sur Zak n’est jamais conditionné par son handicap -il tient même à faire remarquer à Eleanor sa tendance à sous-estimer le jeune homme-, au contraire il voit en lui tout son potentiel et le pousse à se dépasser. L’arrivée de Zak chamboule quelque peu sa vie, lui donne un but à poursuivre. Tyler et Eleanor partagent inconsciemment l’idée qu’en aidant Zak dans sa quête, ils se rendent d’une certaine manière service à eux-mêmes, donnant un sens -même temporaire- nouveau à leurs vies. Dès lors, malgré leurs différences, ces trois âmes solitaires finissent en quelque sorte par former ensemble une famille de substitution. La vie ayant fait se croiser leurs chemins.

The Peanut Butter Falcon est une reprise moderne de l’histoire de Huckleberry Finn, grand classique de l’écrivain américain Mark Twain. Tyler Nilson et Micheal Schwartz ont transposé dans leur film le désir de Zack Gottsagen d’être acteur en rêve de devenir un catcheur pour leur protagoniste principal. En effet, le rôle a été spécialement composé pour Gottsagen après que les deux réalisateurs-scénaristes l’aient rencontré il y a quelques années, dans un camp pour acteurs handicapés et aient été impressionnés par sa prestation. Dans le rôle principal de ce jeune homme courageux qui rêve d’un avenir plus large et plus palpitant que celui que la société a à lui offrir, l’acteur délivre une performance convaincante, débordant d’enthousiasme, tant touchante que réjouissante. Zak est en réalité le fil conducteur du film et de cette aventure à laquelle se greffent ces deux autres âmes solitaires.

Aux côtés de cet attachant nouveau venu se tient un Shia LaBoeuf épatant. Il fournit ici une performance remarquable remplie de compassion dans ce rôle d’un hors-la-loi brisé par la vie mais désormais prêt à tout pour aider son nouveau compagnon à réaliser son rêve. Un personnage tourmenté que l’acteur incarne avec profondeur et une énergie vive, apportant à celui-ci l’alliance de ténacité et de bonté. Dakota Johnson est tout aussi formidable dans le rôle de bénévole au grand cœur, également brisée par la vie.

Le film aborde également avec sensibilité et réalisme le sujet difficile du handicap ainsi que sa perception par la société. Sans en faire le thème central, il dépeint ce sujet de manière sincère et sensée. Toutefois, le film ne prétend pas que les gens et la société de façon générale ne traitent pas injustement les personnes disposant d’un handicap mais s’efforce de faire passer un message de tolérance. En effet, à aucun moment le récit ne fait preuve de condescendance à l’égard de Zak, il n’est pas traité différemment des autres personnages de l’histoire et est d’ailleurs très drôle. Et c’est là un des plus beaux messages que ce long-métrage nous offre.

En réalité, The Peanut Butter Falcon est avant tout l’histoire de deux hommes qui mènent des vies qu’ils n’ont pas choisies, voire subissent et cherchent à s’en échapper, les reprendre en mains et les mener telles qu’ils l’entendent. Entre eux naît une amitié improbable, ils deviennent chacun le gardien de l’autre et il est touchant de voir la solidarité et l’entraide grandir entre eux tout au long de leur aventure. Ensemble, ces âmes solitaires forment une famille assemblée un peu par hasard à moins que cela soit l’œuvre du destin.

Par ailleurs, un autre message essentiel se dégage à l’issue du film. En effet, l’histoire fait ressentir à quel point il est important de croire en quelqu’un qui a des rêves, des objectifs et travaille dur pour les réaliser, et à quel point il est nécessaire de trouver un moyen d’aider ou du moins d’essayer de trouver un moyen d’aider cette personne dans notre vie à atteindre ses objectifs. Il en ressort essentiel de ne pas se contenter de faire comme s’il s’agissait d’un rêve irréalisable, car si tout le monde pense de la sorte, alors personne n’accomplira jamais rien. A travers les personnages de Tyler et Zak, leur soutien réciproque et leur amitié, le film explore cette idée avec pertinence.

Subtil hommage à Mark Twain, le film fait preuve de réflexion sur la quête d’une vie qui vaut la peine d’être vécue, pour lui donner un sens nouveau. Mais celui-ci dépeint également les injustices de l’existence d’une manière emplie de tendresse et d’humanité.

En conclusion, The Peanut Butter Falcon est un petit film au grand cœur surprenant, d’un charme rare qui ne manque pas de faire sourire. Les personnages y sont attachants et très bien construits, interprétés avec justesse par un casting à l’alchimie palpable. Le résultat final donne une tendre comédie d’aventure pleine de bienveillance et d’humanité. Une si belle histoire, avec un si beau message mériterait bien plus de visibilité. C’est simple et pourtant si beau.

.

Bercée par la magie de Disney, j’aime me perdre à imaginer et créer de belles histoires. Je passe le plus clair de mon temps libre assise dans une salle de cinéma et l’actu ciné suffit à égayer ma petite journée.
5 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *