Wilder Girls - Un roman aussi perturbant que sa couverture...

28/04/2020

5

Titre : Wilder Girls

Auteur : Rory Power

Editions : Collection R

Prix : 17,90 €

Parution : 13 février 2020

Nombre de pages : 450 pages

Genre : Dystopie

Résumé : Une île sauvage, trois amies inséparables, une descente aux enfers. Voilà bientôt dix-huit mois qu'un mal inconnu, la Tox, a frappé l'île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine. D'abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueux stigmates dans leur chair. Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n'osent plus sortir de l'enceinte de l'école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis. Hetty et ses deux meilleures amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu'au bout... Plus glaçant encore que Sa Majesté des mouches, un huis clos féminin et féministe qui a fait frissonner l'Amérique de plaisir !

.

La dernière fois je vous parlais de La fin et autres commencements en vous disant que je ne lisais plus vraiment de la dystopie YA et me voilà de retour aujourd'hui avec... un nouveau roman de dystopie YA. Oui... Mais que voulez-vous, j'avais tellement entendu parler de Wilder Girls au moment de sa sortie en VO que j'étais impatient de le découvrir (et puis, il faut le dire, cette couverture me fascine). C'est désormais chose faite et je remercie la Collection R pour cela !

Wilder Girls est un roman avec une ambiance très particulière, je dirais même singulière. Tout d'abord le casting des personnages est presque exclusivement féminin et ça apporte une dynamique complètement différente au récit. C'était très intéressant de voir comment un groupe de femmes, confinées sur une île décimée par une "maladie", faisait pour s'en sortir. J'ai adoré cette narration profondément féministe où les héroïnes n'attendent pas qu'on vienne les sauver et se débrouillent très bien toutes seules (enfin, plus ou moins). 

Il y a des messages très forts qui sont véhiculés dans cette histoire, notamment en ce qui concerne l'amitié, l'émancipation mais aussi les liens familiaux qui se nouent entre deux personnes n'ayant aucun lien de sang. J'ai beaucoup aimé l'approche de l'auteure, progressive et intelligente, quitte à prendre du temps pour la faire. Rien ne m'a semblé précipité dans ce roman et c'était un pari risqué étant donné qu'il s'agit d'un one-shot. L'action arrive tout de même dans le dernier tiers et finit par équilibrer l'ensemble. 

En ce qui concerne l'intrigue, c'est peut-être ce que j'ai le moins aimé, non pas que je l'ai trouvée mauvaise mais plutôt déjà vue. Hormis les conséquences physiques de la maladie, j'ai trouvé le concept assez peu original. D'ailleurs, l'ambiance générale m'a un peu rappelé La 5ème Vague... Et surtout, vu qu'il s'agit d'un tome unique, l'univers m'a semblé manquer d'exploration. Il me semble qu'il y avait encore tellement de choses à découvrir que j'ai été assez frustré de n'en voir qu'un petit bout, d'autant que la fin est très ouverte...

Il s'agit néanmoins d'une très bonne histoire qui, d'une certaine façon, vous marque et vous fait réfléchir. Ce n'est peut-être pas la meilleure période pour la lire si la situation actuelle vous touche particulièrement mais je pense qu'il s'agit définitivement d'un roman à ne pas laisser passer car il se distingue de ce qui se fait actuellement. Je recommande !

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *