Crime à Black Dudley - Old school vibes

16/05/2020

Titre : Crime à Black Dudley

Auteur : Margery Allingham

Editions : Harper Collins Poche

Prix : 5,50 €

Parution : 12 février 2020

Nombre de pages : 249 pages

Genre : Policier

Résumé : Wyatt Petrie, jeune aristocrate, organise un week-end festif dans son château ancestral de Black Dudley. Mais, alors que ses invités décident de rejouer un rite initiatique autour d’une dague dans le manoir plongé dans l’obscurité, l’un des participants est retrouvé mort. Accident ? Assassinat ? Les convives, dont un mystérieux jeune homme répondant au nom d’Albert Campion, tentent de faire la lumière sur cette étrange affaire. Très vite, les invités comprennent qu’ils ne sont pas au bout de leurs peines. Il s’avère en effet beaucoup plus facile de se rendre à Black Dudley que d’en repartir…

.

Si vous êtes familiers avec mes chroniques vous savez déjà que j’ai une admiration particulière pour Agatha Christie et son oeuvre. Je ne pouvais donc pas passer à côté d’un livre « recommandé » par la reine du crime (oui, le marketing fonctionne parfaitement sur moi). Je restais néanmoins sur ma réserve quant au type d’intrigue que j’allais découvrir, ayant un peu peur qu’il s’agisse d’une copie d’Agatha Christie… La bonne surprise n’en a été que plus grande puisque j’ai adoré ce roman policier vintage au charme désuet pour l’envoi duquel je remercie les éditions Harper Collins Poche. 

Il est vrai qu’il y a des similitudes entre les deux auteures, mais je crois que c’est surtout lié à l’époque plus qu’à autre chose. Un peu comme aujourd’hui où les thrillers domestiques envahissent les librairies. Toutefois, je n’ai pas eu l’impression de lire un Agatha Christie bis. Margery Allingham a en effet un univers qui lui est propre et une façon originale et entraînante de raconter les histoires.

Je crois que ce que j’ai le plus aimé au cours de ma lecture (hormis l’intrigue), ce sont les personnages. Je trouve que l’auteure est parvenue à capturer l’essence même de la période historique et de s’en servir pour nourrir la narration. Je ne dirais pas qu’il y a une critique de la société mais on sent bien que Margery Allingham a le recul nécéssaire pour analyser les moeurs de l’époque et, d’une certaine manière, dire ce qu’elle en pense.

L’intrigue, enfin, m’a tenu en haleine du début à la fin avec des rebondissements et pas mal d’action. Il s’agit clairement d’un livre qu’on pourrait finir en une seule fois sans faire de pause tant on ne voit pas le temps (ni les pages) défiler. 
Bref, j’ai adoré ce roman, au point que j’ai enchaîné avec un autre de la même auteure ! Je vous en reparle d’ailleurs très vite mais sachez que mon avis sur Margery Allingham s’est confirmé avec Des fleurs pour la couronne !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *