Dark Waters : eaux troubles

13/05/2020

Titre : Dark Waters

Réalisateur : Todd Haynes

Avec : Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins, ...

Genre : Thriller, srame

Durée : 2h08

Nationalité : États-Unis

Sortie : VOD 19 Mai et DVD/Blu Ray le 19 août

Résumé : Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, voisin de sa grand-mère, il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie...

Mark Ruffalo stars as « Robert Bilott » in director Todd Haynes’ DARK WATERS, a Focus Features release. Credit : Mary Cybulski / Focus Features

L’Histoire du monde a connu assez de scandales pour nourrir un grand nombre d’œuvres qui n’ont plus rien de fictionnel face à la nature destructrice de l’être humain. La question se pose néanmoins, au vu des nombreuses « histoires inspirées de faits réels » qui envahissent les écrans et les quittent en même temps que nos mémoires, à la manière de les traiter pour être le plus impactant possible. Quand Mark Ruffalo a contacté Todd Haynes afin de mettre en scène ce « Dark Waters », c’était sans doute avec cette interrogation derrière la tête et une certaine promesse par son choix.

Autant être le plus honnête possible, l’auteur de ces lignes n’a vu qu’un seul film de ce réalisateur, le très bien nommé « Musée des Merveilles ». Cette découverte corrobore la réputation esthétique du metteur en scène américain et sa volonté de dresser des portraits avec une recherche visuelle constante. Bien que cela semble a priori en retrait à première vue, c’est pourtant un facteur toujours présent dans ce « Dark Waters ». On pense directement à cette introduction qui rappelle « Les dents de la mer » par son orientation quasiment horrifique avant que la véritable menace ne se matérialise par après.

Bill Camp (left) as « Wilbur Tennant » and Mark Ruffalo (right) as « Robert Bilott » in director Todd Haynes’ DARK WATERS, a Focus Features release. Credit : Mary Cybulski / Focus Features

Haynes joue ainsi sur un angle anti-spectaculaire mais néanmoins pesant, telle l’existence de Robert Billott qui se voit déterminée à jamais par cet affrontement constant. Si Mark Ruffalo s’avère impeccable, c’est grâce à cette épée de Damoclès qui flotte perpétuellement sur son héros et sur la durée prise par cette affaire. La façon dont le récit étire le temps appuie l’amertume générale, celle d’un scandale dont la résolution ne semble jamais s’approcher et devient même pour certains purement illusoire.

Si la tension est évidemment constante, ce n’est pas un simple thriller « héroïque » que nous a offert Todd Haynes avec « Dark Waters ». La constance dramatique et les tournures touchant par instants à l’horrifique font de ce film une œuvre surprenante aussi bien d’un point de vue narratif que visuel. De quoi imprimer certaines de ses visions dans la mémoire de son audience et ce sans doute encore un bon moment après sa découverte…

Mark Ruffalo stars as « Robert Bilott » in director Todd Haynes’ DARK WATERS. Credit : Mary Cybulski

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *