La Sentence - Laissez un conteur vous raconter son histoire...

12/05/2020

Titre : La Sentence

Auteur : John Grisham

Editions : JC Lattès

Prix : 22,90 €

Parution : 4 mars 2020

Nombre de pages : 500 pages

Genre : Thriller

Résumé : Octobre 1946.
Pete Banning, l’enfant chéri de Clanton, Mississippi, est revenu de la Seconde Guerre mondiale en héros, décoré des plus hautes distinctions militaires. Aujourd’hui fermier et fidèle de l’église méthodiste, il est considéré comme un père et un voisin exemplaire.
Par un matin d’automne, il se lève tôt, se rend en ville, et abat calmement son ami, le révérend Dexter Bell.
Au choc que cause ce meurtre de sang-froid s’ajoute l’incompréhension la plus totale, car Pete se contente de déclarer au shérif, à ses avocats et à sa famille : « Je n’ai rien à dire. »
Que s’est-il passé pour que Pete, un membre respecté de la communauté, devienne un meurtrier ? Et pourquoi se mure-t-il dans le silence ? Personne ne le sait. La seule certitude que sa famille possède c’est que ce qu’il tait est quelque chose de dévastateur, dont les retombées les hanteront, eux et la ville, pendant des décennies...
Avec cette œuvre majeure et unique, John Grisham nous embarque dans un voyage incroyable, du vieux Sud ségrégationniste aux jungles des Philippines de la Seconde Guerre mondiale, d’un asile psychiatrique aux lourds secrets du tribunal de Clanton où l’avocat de Pete tente désespérément de sauver la vie de son client.

.

John Grisham n’est plus à présenter dans le monde du thriller au sein duquel il se hisse systématiquement en tête des ventes à chaque nouvelle parution. Et pourtant, je n’avais encore jamais eu l’occasion de découvrir ce qui plaisait tant à ses lecteurs. C’est désormais chose faite et effectivement, je comprends mieux sa renommée car j’ai retrouvé ici un condensé de tout ce que j’aime dans le genre. Un grand merci donc aux éditions JC Lattès pour leur envoi. 

John Grisham n’est pas simplement un auteur. Il appartient selon moi à la catégorie rare et privilégiée de ces hommes et femmes qui sont aussi et surtout des conteurs. La différence entre les deux termes est infime et pourtant significative. Car si un auteur écrit une histoire, un conteur la raconte. Il existe évidemment d’excellents auteurs dont je ne remets absolument pas en cause le travail. Mais seuls très peu d’écrivains sont capables de vous plonger dans une ambiance à la fois singulière et unique au point de vous emporter dès les premières pages dans un autre monde. Un bon auteur peut être à l’origine d’une bonne intrigue, un bon conteur est capable de rendre la plus médiocre d’entre elles passionnante. 

Depuis quelques années, je suis de plus en plus sensible aux thrillers qui ne cherchent pas forcément à en mettre plein la vue mais qui ont une construction narrative intelligente et surtout cohérente. La Sentence fait donc partie de ces récits à la fois lents et prenants où chaque mot est pesé, chaque phrase savamment pensée. Alors oui, ça prend du temps, mais c’est ce qui participe aussi à instaurer cette atmosphère si immersive. 

John Grisham est particulièrement connu pour ses thrillers judiciaires et même si on retrouve cette trame ici, l’auteur s’est un peu éloigné de sa zone de confort. Le fond historique est d’ailleurs ce que j’ai préféré tellement il est dense et documenté. En partant du sud des États-Unis en pleine période ségrégationniste, en passant par les Philippines, jusqu’au Japon de la Seconde Guerre mondiale, John Grisham embarque son lecteur dans un voyage aussi passionnant que surprenant. Les twists sont certes peu nombreux mais judicieusement placés et honnêtement je préfère largement en avoir deux bons plutôt que dix incohérents. 

Bref, j’ai adoré faire cette découverte inattendue et un peu tardive. Un excellent roman porté par une large palette de protagonistes, que je vous recommande si vous cherchez une histoire prenante et solide dont vous vous souviendrez longtemps après l’avoir terminée.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *