Mes Premières Fois : une série ado qui fait du bien

04/05/2020

Titre : Mes Premières Fois (Never Have I Ever)

Créée par : Mindy Kaling, Lang Fisher

Avec : Maitreyi Ramakrishnan, Richa Moorjani, Ramona Young, ...

Format : 10 épisodes de 30 minutes environ

Diffusion : Netflix

Genre : Comédie, romance, drame, rom-com

Résumé : Devi a décidé de prendre sa vie : cette année, elle allait devenir une fille populaire et elle allait enfin perdre sa virginité. Mais rien ne se passe comme prévu pour Devi dont le passé n'est jamais loin. Elle devra faire la paix avec elle-même et se découvrir pour enfin accepter la vie qui l'attend.

.

Never Have I Ever (littéralement « je n’ai jamais… »), rebaptisée Mes Premières Fois en français, est la nouvelle série rom-com pour adolescents disponible sur Netflix. Alors que l’on peut s’attendre à une énième comédie romantique bourrée de clichés et de lycéens en quête de soi, Mes Premières Fois se révèle être à mi-chemin entre Sex Education et À Tous Les Garçons que J’ai Aimés, et c’est plutôt une réussite puisqu’elle prend le meilleur des deux ! 

Mes Premières Fois est donc une teen comédie qui se dévore littéralement en une journée. Mêlant les affres de l’adolescence aux difficultés des amitiés tumultueuses en passant par les drames de la vie qui marquent durablement une personne et la reconstruction qu’elle entamera (de manière plus ou moins réussie), c’est une série pétillante et délicate par moments qui vous fera passer du rire aux larmes sans crier gare. 

Nous suivons donc la vie de Devi, jeune américaine d’origine indienne en deuxième année au lycée. La vie de Devi semble bien ordinaire, si ce n’est qu’elle a la ferme intention de rendre cette nouvelle année mémorable en passant du statut d’intello sympathique mais avec laquelle on ne sympathise pas vraiment à lycéenne dépassant le cap de la virginité. Il faut dire que l’année passée n’a pas été tendre avec elle : en effet, pendant son récital, Devi a assisté à la mort de son père. Quelques temps plus tard, elle perd l’usage de ses jambes du jour au lendemain et finit clouée dans un fauteuil roulant pendant des mois avant une mystérieuse et miraculeuse guérison (qu’elle attribue à l’apparition d’un garçon terriblement beau). Cette nouvelle année scolaire marque donc pour Devi un renouveau et elle est bien décidée à aller de l’avant en enfouissant tout au fond d’elle sa peine et sa douleur (spoiler alert, ça n’aide pas). Quoi qu’il en soit, et pour marquer le coup de cette nouvelle vie, Devi a la ferme intention de perdre sa virginité et pas avec n’importe qui : toute son attention est dévolue à Paxton, le très séduisant athlète de natation du lycée qui, rappelons-le, est pour elle inexplicablement lié au jour où elle retrouva l’usage de ses jambes. Voilà donc pour le cadre de l’histoire.

Mes Premières Fois est signé Mindy Kaling qui nous avait déjà proposé The Mindy Project en 2012. Ici, nous avons de nouveau affaire à une jeune héroïne issue de l’immigration dont la vie est tiraillée entre son origine, son éducation et les attentes de la société. Ajoutez à cela les aléas de la vie et vous avez une adolescente rapidement dépassée par les événements. Devi, incarnée par Maitreyi Ramakrishnan dont c’est là le premier rôle, nous livre une prestation drôle, audacieuse et touchante, parvenant à nous faire monter les larmes aux yeux quand on s’y attend le moins, alors que quelques secondes plus tôt l’on se surprenait à pester contre une Devi foncièrement irascible.

Touchante, audacieuse et diablement bien menée, Mes Premières Fois est donc une série qui se dévore avec précaution. Si Mindy Kaling a pris soin de nous offrir beaucoup de diversité et d’aborder de nombreux sujets sans tabou en faisant montre d’une certaine délicatesse, vous risquez de vous retrouver avec le moral dans les chaussettes si certaines thématiques de la série vous touchent particulièrement (à savoir le deuil et les relations compliquées avec la mère). On pardonnera à cette série une intrigue sans grandes surprises puisque, disons-le franchement, nous ne faisons plus grand-chose de neuf quand ce qui compte au final est la manière dont on nous raconte l’histoire et la dose de soi que l’on y met et ce, toujours avec justesse. On peut reprocher beaucoup de choses à Mes Premières Fois, comme la manière dont sont expédiées certaines scènes, mais loin d’être une série lisse, Mes Premières Fois se révèle aussi cabossée et compliquée que son personnage principal et sa joyeuse bande. On prend plaisir à tous les découvrir et l’on finit par s’y attacher. Alors comme le dirait Jake Peralta dont la voix off est en guest dans un des épisodes, Never Have I Ever se révèle être vraiment noice !

.

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *