La Rumeur

10/06/2020

Titre : La Rumeur

Réalisateur : William Wyler

Avec : Audrey Hepburn, Shirley MacLaine, Miriam Hopkins, ...

Genre : Drame

Durée : 1h45

Nationalité : États-Unis

Sortie : 1962

Résumé : Dans une petite ville de province, deux amies, Karen Wright et Martha Dobie, dirigent une institution pour jeunes filles, aidées par Lily, la tante de Martha, une ancienne actrice excentrique. Fiancée au médecin Joe Cardin, Karen a du mal à s'engager et à laisser à Martha la direction de l'école. Mary, une élève insolente et menteuse, alors qu'elle a été punie, lance la rumeur que les deux professeurs ont une relation "contre-nature". Elle commence par le raconter à sa grand-mère...

.

Si les événements de ces derniers jours auront bien confirmé quelque chose, c’est que le conservatisme et la crainte permanente envers tout ce qui n’est pas « normé » continue de subsister aux États-Unis. Il est donc encore plus douloureux de redécouvrir le film de William Wyler presque soixante ans après sa sortie. En effet, cette rumeur enfantine créée par la colère ne va que souligner la façon dont certains esprits conservateurs peuvent propager n’importe quel mensonge dans le but de nuire à d’autres personnes et « préserver l’innocence » de tout ce qui peut se révéler différent de leurs valeurs passéistes.

William Wyler parvient à capter la gradation dans les événements narrés et tout ce qui amènera au drame principal. Sa mise en scène parvient à capter la violence des faits et l’explosion morale qui s’ensuit, notamment cette peur d’une relation nommée « contre-nature ». Cela relève bien la puissance du mensonge et de la destruction de réputations mais aussi donc de cette peur de romance possible entre deux femmes. Que ce soit à l’époque ou de nos jours, il y a ce tabou qui empêche toute personne de pouvoir aimer qui elle souhaite ou même se détourner ne serait-ce qu’un peu de ce qui peut être institué, sous peine d’être jugé.

En ce sens, les prestations d’Audrey Hepburn et Shirley MacLaine parviennent à transmettre ces questionnements par rapport à l’impact du mensonge et comment toute une existence peut être réduite à néant par la colère d’un enfant. Toute la fragilité de la situation se cristallise dans leur rapport avec une cruauté bouleversante d’injustice. La force de leur interprétation permet de rajouter du cœur à une intrigue retorse et bien trop moderne.

Ainsi, « La rumeur » permet de constater que l’évolution des mœurs dans la société américaine semble n’avoir en aucun cas évolué. Si le long-métrage de William Wyler reste toujours aussi fort, on ne peut que s’attrister devant la manière dont les femmes ne peuvent vivre pleinement dans tous les domaines. C’est une véritable tragédie trop réaliste qui se dresse devant nous et sa douleur risque de ne jamais prendre une ride…

.

http://rusbankinfo.ru займ на карту срочно без отказа

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *