Alaska Wild, un vent d'air frais dans votre été

23/07/2020

Titre : Alaska Wild

Auteur : K. A. Tucker

Editions : Hugo Roman

Prix : 17,00 €

Parution : 7 février 2019

Nombre de pages : 478 pages

Genre : Romance

Résumé : À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog " Calla & Dee ".
Lorsqu'elle apprend que son père, qu'elle ne connaît presque pas, est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Alors que Calla n'était encore qu'un bébé, sa mère a fui cette contrée loin de tout.
Elle va alors découvrir la rudesse de la vie quotidienne locale, les allées et venues constantes des petits avions... et Jonah, ce pilote détestable.
Ce pur produit du cru a clairement hâte de renvoyer cette fi lle d'où elle vient, mais Calla est bien décidée à lui montrer qu'elle aussi peut s'adapter à cette vie... Du moins pour un temps, car elle ne se voit vivre qu'à Toronto.
Et Jonah ne quittera jamais l'Alaska.
Le passé ressurgit et pose à nouveau le même dilemme : va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, envisager une histoire d'amour avec un pilote ?

.

Lorsque sa série « Ten Tiny Breaths » a été publiée en France, j’ai littéralement dévoré chaque tome de cette trilogie. J’ai adoré l’univers et les personnages créés par K. A. Tucker. Elle reste d’ailleurs, à ce jour, ma saga de romance préférée publiée chez Hugo Roman. C’est pourquoi, lorsque j’ai appris cette sortie, je me suis jetée dessus. De plus, la couverture simple, nature et remplie de jolies couleurs a d’autant plus éveillé ma curiosité.

Dans cette histoire on va suivre les pensées de Calla, qui a grandi loin de son père, à Toronto. Elle va subitement apprendre que ce dernier, qui vit en Alaska, est mourant. Elle prend alors la décision, malgré sa rancœur envers ce père qui ne l’a pas élevée, de le retrouver afin de le soutenir dans la maladie et de vivre ces derniers instants de vie ensemble. En Alaska, elle va faire la connaissance de personnes auxquelles elle va s’attacher petit à petit : Agnès, Jonah, Mabel, … Ce qui va inévitablement prolonger son séjour là-bas.

Lorsque j’ai débuté ce roman, ma déception a été grande quand j’ai découvert l’absence d’alternance de points de vue. En effet, c’est ce dont je raffole par-dessus tout dans une romance. Ici, nous allons suivre uniquement celui de Calla. Toutefois, je me suis laissé emporter dans son histoire et cela ne m’a absolument pas gênée par la suite. J’ai apprécié suivre sa vision des choses même si j’avoue avoir eu du mal avec certains aspects de son caractère, notamment son côté princesse qui n’aime pas se salir les mains. A plusieurs reprises, j’ai levé les yeux au ciel tant j’ai trouvé cet aspect-là de sa personnalité amplifié et exagéré. En revanche, sa découverte de l’Alaska à travers ses yeux innocents a été enrichissante.

Ce qui est d’ailleurs le point fort de ce roman : les paysages de l’Alaska. Je n’avais jamais lu d’histoire se passant dans ce pays et j’ai adoré ce petit goût d’inconnu. J’ai apprécié l’ambiance glaciale, ces paysages bruts et sauvages. Il y a une véritable convivialité et solidarité entre les habitants propres aux petits villages. Il fait toujours bon vivre dans ce genre d’endroit. En plus du décor carrément magnifique que met en scène K. A. Tucker, elle nous dépeint également des personnages secondaires intéressants et bien construits. A commencer par Wren, qui provoque instantanément chez le lecteur la sympathie malgré son passé compliqué avec sa fille. Malgré sa grave maladie, l’auteure ne fait pas dans le pathos pour autant. Les retrouvailles père/fille sont émouvantes.

Ensuite, il y a Jonah, le beau et ténébreux pilote d’avion qui va se montrer aussi exécrable qu’attirant. Par contre, il est important de spécifier que l’histoire d’amour vient en second plan dans le roman. En plus d’être tardive à venir, elle reste en surface. De mon point de vue, il aurait été intéressant d’exploiter cette histoire d’amour davantage surtout quand l’ouvrage est catégorisé de new romance par l’éditeur.

En bref, l’histoire est sympathique à découvrir. K. A. Tucker a toujours ce talent pour écrire de belles histoires à la fois drôles et émouvantes. Malgré certains traits de caractère de Calla que je n’ai pas appréciés, d’autres aspects de l’histoire comme le décor planté et les personnages secondaires exploités sont venus contrebalancer mon avis final. Une lecture somme toute agréable, sans être exceptionnelle.

Bonne nouvelle, la version poche sort le 10 septembre 2020 chez Hugo Roman !

Éducatrice spécialisée le jour, livrophage la nuit. Je dévore des romans depuis le jour où j’ai appris à lire. Mon genre favori est la romance qu’elle soit historique, fantastique, érotique ou contemporaine. Elle me procure un réconfort indispensable à mon quotidien. J’aime également beaucoup voyager et regarder des films et des séries.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *