Buster Keaton : Humour de génie, Génie de l’humour.

18/07/2020

Dans ces temps maussades où la morosité de l’actualité se bat avec une météo parfois bien trop étouffante, il faut savoir trouver le moyen de respirer un peu. Cela tombe bien, Elephant Films avait sorti il y a quelques mois plusieurs titres de Buster Keaton, l’occasion parfaite de revenir sur l’un des hommes les plus drôles qu’ait pu fournir le septième art.

Que ce soit dans « La croisière du Navigator », « Le dernier round » ou « Sherlock Junior », Buster Keaton s’établit dans de multiples variations de la figure du doux rêveur, celui qui se définit par un trajet de vie qui ne peut qu’être cinématographique. Il s’en dresse des portraits tendres, qui ne rient pas de ses mésaventures mais avec, dans une forme de poésie humoristique qui fait mouche de façon tout à fait intemporelle. L’inventivité dont fait preuve Keaton dans chacun de ses films explose alors, sa virtuosité permettant surtout de mettre en avant la nature pure de ses histoires, doux divertissements d’une drôlerie sans nom.

Cette réflexion sur une forme de destinée tellement grande qu’elle ne peut que s’accomplir à l’écran parvient à prendre un tout autre sens dans le meilleur film de la sélection, « Sherlock Junior ». Buster Keaton y joue un projectionniste dont le songe, alors qu’il est à la croisée des fictions, lui permet de s’accomplir dans ses envies personnelles. L’art sert alors d’écrin en leçons d’apprentissages pour tout un chacun, la puissance du grand écran permettant de s’y projeter si intimement qu’une expérience artistique aussi forte puisse nous déterminer à tout jamais jusqu’au plus profond de notre personnalité.

Le burlesque de ses œuvres et la complexité de certaines cascades ajoutent alors une touche de merveilleux, une forme de sensationnalisme qui parvient encore à insuffler du rêve dans ses longs-métrages tout en permettant de souligner le parcours dramatique de ses héros. C’en est dès lors prodigieux de revoir pareilles œuvres, établissant un portrait d’auteur sensible qui parvient à juxtaposer maladresse à but humoristique et émotions diverses, notamment dans les relations romantiques qu’il dessine.

En ce sens, c’est la légèreté et l’euphorie prodiguées par les films de Buster Keaton qui les rendent toujours aussi importants, surtout dans des situations aussi tendues que celles offertes par les tristes nouvelles du quotidien. On remerciera dès lors Elephant Films de pouvoir ressortir divers titres de ce grand auteur afin de pouvoir à notre tour nous émerveiller et nous projeter dans un monde qui, s’il n’est pas parfait, magnifie les rêveurs à souhait…

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *