Kipo et l'Âge des Animonstres : du post-apocalyptique tout-public

31/07/2020

Titre : Kipo et l'Âge des Animonstres

Créée par : Radford Sechrist, Bill Wolkoff

Avec : Karen Fukuhara, Dean Cole, Coye Stewart, ...

Format : 30 minutes

Diffusion : Netflix

Genre : Animation, aventure, science-fiction, action

Résumé : Sur une Terre post-apocalyptique. Kipo est une jeune fille qui a passé sa jeunesse sous la terre. Elle est contrainte de s'aventurer sur la surface pour partir à la recherche de son père. Elle rejoint un groupe hétéroclite de survivants et tous embarquent pour une aventure exceptionnelle.

.

Parfois, Netflix nous concocte de vraies pépites et, même si l’on ne sait pas toujours à quoi s’attendre, les premières minutes d’une série suffisent à nous convaincre. C’est le cas de cette série d’animation intitulée Kipo et l’Âge des Animonstres. Créée par Radford Sechrist (Dragons 2), Kipo est également adapté d’un webcomic éponyme. La série est produite par Dreamworks et animée par le studio sud-coréen Mir. 

Nous suivons donc l’histoire de Kipo, une jeune fille qui a vécu toute sa vie sous terre mais qui se retrouve propulsée à la surface, sur une Terre post-apocalyptique peuplée de créatures étranges. Si Kipo est sortie de sa cachette, c’est parce qu’elle se lance à la recherche de son père et de son groupe. Le nez à peine dehors, les ennuis commencent pour la jeune fille qui, très vite, fait la connaissance d’une jeune fille, d’un jeune garçon et d’un insecte mutant à l’âge fluctuant et très vite, ces quatre individus bien différents forment un groupe improbable, prêt à embarquer dans un périple à travers une terre vibrante de vie, quoique méconnaissable, où chaque être vivant à l’apparence adorable en veut personnellement à votre vie.

Dans le paysage des séries d’animation, vous trouverez beaucoup de pépites (on pense, par exemple, au très beau “La Forêt de l’Etrange”), et à chaque fois, ce qui distingue ces titres, c’est à la fois leur signature graphique mais aussi l’atmosphère particulière qui leur est propre, leur âme. Ici, avec Kipo, il y a un je-ne-sais-quoi qui vous happe et vous saute aux yeux et aux oreilles, quelque chose qui la rend unique. La série est toute en bizarrerie contrôlée, en couleurs explosives mais harmonieuses, pleine de détails étranges puisque surréalistes mais familiers à la fois et un champ libre et infini accordé à l’imagination. Ajoutez à cela une bande-son déjantée et phénoménale, vous avez alors un condensé d’énergie visuelle et auditive. Rappelons qu’il s’agit d’un univers post-apocalyptique où le gentil lapin de cinq mètres de haut ne veut rien moins que vous dévorer ! Sans compter les factions ennemies qui se vouent une guerre sans merci.

Seulement voilà, Kipo déjoue tous les codes du post-apocalyptique. Exit la palette de gris et de noir, les paysages désolés et mornes, les musiques dramatiques : le monde de Kipo est vibrant de couleurs et de vie, rien à voir avec ce que nous nous nous imaginons lorsque nous songeons à la fin de notre société. Dans Kipo, une maladie a forcé les espèces à muter sur 200, donnant naissance à des croisements et à des espèces pour le moins improbables. Si les humains sont restés tels quels, à la différence des animaux, des plantes et même des micro-organismes. La place de l’homme dans la chaîne alimentaire en est donc drastiquement impactée, l’occasion pour la série d’aborder auprès du plus grand nombre une des thématiques centrales : l’anthropocentrisme et l’écologie.

 

Si Kipo est une série qui se dévore, l’on ressent parfois l’envie de mettre pause et d’apprécier une scène, pour la beauté de ses couleurs ou la légèreté de la scène, incongrue au milieu de tant d’action. L’intrigue vous tiendra également en haleine, Kipo n’étant pas l’héroïne classique puisqu’elle est la tête froide du groupe, la diplomate rechignant à recourir à la violence tandis que ses amis n’ont connu que la ruse et l’action. Kipo ne souhaite, au fond, que se faire des amis tout en recherchant son père et sa communauté.

Pour résumer, Kipo aborde des sujets compliqués (notamment l’écologie et la menace qui peut peser sur la race humaine) avec une déconcertante aisance et légèreté, permises par des personnages hauts en couleurs que l’on suit à travers les différentes étapes essentielles de la vie d’enfant/d’adolescent. Kipo a tout ce qu’il faut pour devenir un classique du genre alors n’hésitez pas et montez à la surface faire la connaissance des Animonstres !

.

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *