Un assassin parmi nous - Un huis clos sous la neige !

27/07/2020

Titre : Un assassin parmi nous

Auteur : Shari Lapena

Editions : Presses de la cité

Prix : 19,90 €

Parution : 28 mai 2020

Nombre de pages : 300 pages

Genre : Thriller

Résumé : Rien de tel qu'un séjour au Mitchell's Inn pour se ressourcer...
Le Mitchell's Inn est un hôtel de charme perdu au cœur de la forêt. Ses pensionnaires croient avoir choisi la destination idéale pour se détendre au coin du feu, loin de la frénésie new-yorkaise. Là-bas, pas d'Internet ni de réseau. Mais la tempête fait rage et, après une coupure d'électricité, on découvre Dana Hart, venue pour une escapade romantique avec son fiancé, morte au pied de l'escalier. Chute accidentelle ? Drame passionnel?
Alors que les conditions météorologiques se dégradent encore et que l'établissement est coupé du monde, un deuxième cadavre est retrouvé. Le doute n'est alors plus permis : l'assassin est dans la place, et pas moyen de lui échapper...

Un huis clos façon murder party qui se lit sans temps mort. Qui est le meurtrier et quelle est sa motivation ? Qui est le prochain sur sa liste ? Écrivaine pleine d'ambition, couple au bord du divorce, héritier richissime, amies de longue date... Tous les protagonistes, clients comme employés, ont quelque chose à cacher !

.

J’avais lu le précédent roman de l’auteure qui ne m’avait pas vraiment convaincu. Il s’agissait d’un thriller domestique dont la trame narrative m’a semblé tirée par les cheveux et peu plausible. Toutefois, j’ai eu l’occasion de rencontrer Shari Lapena lors de la dernière édition des Quais du Polar et 1) Elle est absolument adorable et 2) Elle m’avait dit qu’elle avait écrit Un assassin parmi nous (qui à l’époque n’était pas traduit en français) pour rendre hommage à Agatha Christie, spécialiste des intrigues en huis clos. Comment vous dire qu’il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité. Pour tout vous dire, je comptais initialement lire ce roman en VO mais lorsque j’ai eu la possibilité de le recevoir par la maison d’édition, je n’ai pas hésité bien longtemps. Je remercie donc Presses de la Cité pour leur envoi. 

Alors effectivement, il s’agit d’un hommage à la reine du crime, c’est indubitable. On le remarque d’ailleurs dès les premières pages où l’on voit l’ensemble des protagonistes arriver un par un dans cet hôtel/auberge dans lequel ils s’apprêtent à passer un week-end sous la neige, coupés de toute forme de technologie. Adieu WiFi et smartphones, bonjour nature et air pur ! C’est en tout cas ce qu’ils pensent avant qu’un meurtre ne soit commis, et que d’autres s’ensuivent…

Agatha Christie avait pour habitude d’introduire tous ses protagonistes en leur donnant tour à tour la parole, permettant ainsi au lecteur d’apprendre à les connaître tout en lui faisant savoir que l’assassin se cachait parmi eux. C’était la grande force de la reine du crime : étaler les indices aux yeux de tous sans que personne ne puisse résoudre l’énigme avant la fin. On sent donc cette inspiration dans ce récit où Shari Lapena a voulu construire une ambiance avec beaucoup de personnages aux profils différents et dissimulant pour la plupart un secret. J’ai d’ailleurs adoré la façon dont la narration prend un tournant lorsque le deuxième meurtre est commis. J’ai vraiment senti un changement dans l’atmosphère en même temps que les protagonistes semblaient prendre conscience de ce qui se passait.

L’intrigue est de celles qui se lisent très vite. On se laisse simplement porter par les rebondissements et les révélations, sans voir le temps passer ou les pages défiler. Il y a du rythme, du suspense et assez d’enjeux pour tenir le lecteur en haleine du début à la fin. D’ailleurs, comme Shari Lapena aime le faire, on retrouve des twists jusqu’à la dernière page, ce qu’à titre personnel j’apprécie particulièrement. 

Je dois toutefois avouer que la fin m’a un peu moins convaincu que le reste. Je n’ai pas deviné l’identité du coupable et j’aurais donc pu avoir cette réaction de surprise si la révélation avait été mieux amenée. J’ai en effet trouvé que les dix dernières pages étaient trop rapides et arrivaient un peu comme un cheveu sur la soupe. Sans parler de l’élément qui a permis aux policiers de coincer le coupable avec beaucoup trop de facilité…

En conclusion, comparé au précédent roman, il n’y a pas photo : Shari Lapena s’en sort beaucoup mieux dans ce genre « cosy mystery » que dans le thriller domestique. J’espère donc que dans ses prochaines histoires elle s’éloignera un peu de ce dernier et se rapprochera du huis clos qu’elle semble maîtriser. En ce qui concerne Un assassin parmi nous, je vous le recommande sans hésitation si vous cherchez une lecture rafraîchissante en cette période de fortes chaleurs que nous risquons de connaître dans les prochaines semaines…

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *