La faiblesse du maillon - Le politique, c'est chic ?

14/08/2020

Titre : La faiblesse du maillon

Auteur : Eric Halphen

Editions : Payot & Rivages

Prix : 20,90€

Parution : 30 mai 2020

Nombre de pages : 445 pages

Genre : Policier

Résumé : Le nouveau roman d'Eric Halphen met en scène le flic Bizek et le juge Barth, rencontrés dans les deux précédents romans, mais il introduit une protagoniste féminine, Olivia, qui est commissaire à l’Office central de répression du trafic de stupéfiants. Cette femme est aussi la compagne d’un jeune loup qui veut faire carrière en politique et fait partie de la garde rapprochée d’un candidat à la présidentielle que ses soutiens appellent tous « Le Boss » qui peut faire penser à quelqu’un dans la vie réelle !

La jeune commissaire étant, au moment où s’ouvre le roman, assez perturbée dans sa vie personnelle et professionnelle (elle découvre qu’elle est enceinte et son patron direct est mis en examen pour collusion avec l’un de ses indics), elle commet, lors d’une intervention, un acte irréparable dont la gravité et la médiatisation peuvent nuire à son compagnon. Ce dernier reçoit parallèlement des menaces sur son téléphone portable dont le sérieux va crescendo au fil des chapitres …

.

Si vous venez de lire ce résumé, il faut bien lui reconnaître un aspect très trompeur. Déjà, il suffit de lire le roman sans avoir jeté un œil à d’autres ouvrages d’Éric Halphen pour passer à côté de protagonistes déjà existants auparavant, surtout au vu de leur introduction. Le récit suit ainsi plus principalement Gustave et Olivia dans leurs mésaventures respectives. Leur relation s’avère alors intéressante dans sa façon d’être brisée par le comportement de chacun et leur travail étouffant… avant que tout cela ne semble mis de côté.

En effet, « La faiblesse du maillon » est très trompeur et s’ancre plus dans le policier pur que dans son aspect politique avec une envie de varier les regards, notamment dans certains chapitres à la première personne. De quoi zapper entre personnages de façon assez intéressante au départ sans que cela ne finisse par aller totalement plus loin. On se sent alors assez mis de côté par certains des rebondissements, pourtant pas trop mal agencés.

Dès lors, « La faiblesse du maillon » n’est pas un mauvais roman et divertit assez bien. Néanmoins, il faut bien reconnaître que l’investigation s’avère par instants laborieuse pour totalement convaincre. Cela ne change rien au fait que le style d’écriture d’Éric Halphen est assez agréable et que ses personnages disposent d’assez de fond pour maintenir l’intérêt durant ses 430 pages…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *