La menace Andromède

29/08/2020

Titre : La menace Andromède

Auteur : Daniel H. Wilson

Editions : L'Archipel

Prix : 22,00€

Parution : 18 juin 2020

Nombre de pages : 368 pages

Genre : Suspense

Résumé : En 1967, l'exposition à une bactérie d'origine extraterrestre – nommée Variété Andromède – décima presque entièrement une bourgade de l'Arizona. Pendant cinq jours, une équipe de scientifiques œuvra sans relâche pour endiguer l'épidémie qui menaçait de tout anéantir sur son passage...
Cinq décennies plus tard, un drone détecte une anomalie au milieu de la jungle amazonienne. La Variété Andromède est de retour ! Et elle a muté...
Réunis en urgence, scientifiques et militaires savent que le temps leur est compté. Le virus se propage et gagne du terrain.
Jusqu'à bientôt menacer toute forme de vie sur Terre...

.

Dans chaque forme d’art, il y a des créations qui relèvent plus du divertissement pur et simple, sans que cela ne soit prétentieux ou manichéen dans la description des autres œuvres du médium. C’est exactement le cas de cette Menace Andromède, que l’on pourrait présenter comme une série B rondement menée. En effet, le roman de Daniel H. Wilson, auteur notamment de « Robopocalypse », cherche à prolonger l’un des romans les plus connus de Michael Crichton. Sans parler du timing de revenir sur la menace d’un virus au vu de notre actualité pandémique, on pourra noter la présence plus importante de Crichton sur la couverture que Wilson, sans doute au vu de la popularité toujours aussi grande d’histoires de son cru, que ce soit « Jurassic Park » ou « Westworld ».

Pour parler du contenu du livre même, il faut bien avouer que Daniel H. Wilson fait au mieux pour fournir un page turner, notamment par l’accumulation de révélations en tous genres et l’annonce de sorts qui risquent à tout moment de donner leur vie pour sauver l’humanité. En ce sens, on pourrait reprocher la forme qui cherche à s’intégrer comme un rapport post-événement, ce qui laisse grandement imaginer la fin du récit.

Mais que cela ne vous pousse pas à bouder cette « Menace Andromède », qui est largement divertissant dans sa façon d’enchaîner les événements à une vitesse folle, le tout avec des protagonistes à la caractérisation peut-être pas assez travaillée mais que l’on apprécie suivre. C’est donc une série B à catastrophe que nous propose Daniel H. Wilson en reprenant le flambeau de Michael Crichton et, même si l’on peut chipoter sur certains points, on peut qualifier cela de très efficace dans sa façon d’amener ses effets.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
1 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *