The Vigil - Veillée funeste...

28/08/2020

Titre : The Vigil

Réalisateur : Keith Thomas

Avec : Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman, ...

Genre : Epouvante-horreur

Durée : 1h30

Nationalité : Amércain

Sortie : 29 juillet 2020

Résumé : New York, Brooklyn. Après avoir quitté la communauté juive orthodoxe, Yakov, à court d’argent comme de foi, accepte à contrecœur d’assurer la veillée funèbre d’un membre décédé de ce groupe religieux. Avec la dépouille du défunt pour seule compagnie, il se retrouve bientôt confronté à des phénomènes de plus en plus inquiétants…

.

On limite tellement souvent le cinéma de genre à de mêmes clichés éculés et un fond abscons que l’on oublie que, derrière les « Annabelle » ou « Ouija » prenant la grosse part du morceau, se dissimulent des œuvres plus modestes en apparence mais au fond et à la forme bien plus marquants. Cela tombe bien, « The Vigil » fait largement partie de ces titres que tout amateur de cinéma fantastique ne doit pas manquer, surtout quand il a la chance de connaître les honneurs d’une sortie en salle.

Keith Thomas parvient avec sa mise en scène, malgré des moyens que l’on imagine très limités, à maintenir une certaine tension, rendant certains effets plus réussis par sa gestion d’un crescendo émotionnel. La montée de terreur se fait avec une certaine gradation, interrogeant entre autre le regard du personnage principal tout en se révélant efficace dans son aspect plus direct, entre autre grâce à sa durée relativement courte (90 minutes tout rond). En jouant de ce rapport antinomique à la foi, le film parvient à ne pas trop reposer sur certains écueils déjà vus et à fonctionner dans son horreur… et son drame.

L’inscription du récit dans la religion juive permet d’aborder entre autre l’antisémitisme, notamment par un flash-back que l’on ne peut imaginer que malheureux, le tout avec une forme de rapport quotidien rendant ce type d’agression plus cruelle encore par sa nature banalisée. L’interrogation de Yakov sur sa foi et la perte de celle-ci permet alors de le pousser dans ses retranchements, surtout au vu de l’unité de cadre et du temps du long-métrage. Le scénario permet même d’éviter le cliché de la retrouvaille religieuse béate pour un aboutissement plus amer que l’on vous laissera libre de découvrir…

En effet, s’il ne révolutionne pas le genre et souffre de quelques scories, « The Vigil » est un bon film d’horreur jouant de sa modestie pour mieux effrayer, le tout en profitant d’une bonne mise en scène, d’un scénario assez solide et d’une interprétation à la hauteur. De quoi renvoyer au pied du mur les sempiternels cyniques ne voyant dans le cinéma de genre que les même clichés sans s’ouvrir à de telles propositions plus réjouissantes.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *