Mister Babadook - The evil within ?

14/09/2020

Titre : Mister Babadook

Réalisateur : Jennifer Kent

Avec : Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall, ...

Genre : Epouvante-horreur, thriller, drame

Durée : 1h34

Nationalité : Australien

Sortie : 30 juillet 2014

Résumé : Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu'elle n'arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé 'Mister Babadook' se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le 'Babadook' est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations...

Certains films de genre ont le don de nous cueillir par leur modestie apparente dissimulant leur lot d’idées et de réflexions. C’est exactement ce que propose Jennifer Kent avec ce film d’horreur sorti il y a déjà six ans. Le film démarre ainsi par un drame des plus tristement normaux : la vie d’une mère célibataire et la difficulté de gérer son enfant alors que l’on est encore en plein deuil. La façon dont Kent filme ses deux héros se fait avec une normalité qui souligne la banalité qu’est devenu ce quotidien pourtant douloureux. Le film surprend ainsi par sa façon de montrer une relation maternelle dans ce qu’elle a de plus étouffant, oppressant tout besoin individuel, même intime, jusqu’à ce que l’enfant devienne pure oppression.

C’est ce qui rend le basculement horrifique plus fort encore, par sa gradation entre morne réalité et terreur pure. L’introduction du Babadook est un modèle de terreur en soi, par le biais de ce livre pop-up à l’imagerie assez dérangeante pour fonctionner directement. Les effets d’effroi vont dès lors varier, notamment par le biais d’inspirations expressionnistes dérivant de simples clins d’œil à des titres du genre pour un effroi des plus efficaces.

C’est en alliant parfaitement la déshumanisation d’une mère au profit de son enfant et imagerie horrifique des plus réussies que ce « Mister Babadook » parvient au bout de ses idées. Bien aidée par son casting (en priorité Essie Davis et Noah Wiseman dans une relation des plus destructrices), Jennifer Kent nous offre un vrai morceau de film de genre qui devrait effrayer les parents et interroger les gens qui n’ont pas d’enfants. Comme quoi, il ne suffit pas d’accumuler poncifs et jump scare simplistes pour effrayer mais d’une bonne histoire, de personnages bien écrits et d’un facteur humain qui alimente bien plus fortement nos peurs…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *