Monsters University - L'Académie des Monstres !

02/09/2020

Titre : Monsters University

Réalisateur : Dan Scanlon

Avec : Eric Métayer, Xavier Fagnon, Malik Bentalha, ...

Genre : Animation

Durée : 1h44

Nationalité : Américain

Sortie : 10 juillet 2013

Résumé : Même quand il n’était qu’un tout petit monstre, Bob Razowski rêvait déjà de devenir une Terreur. Aujourd’hui, il est enfin en première année à la prestigieuse université Monstres Academy, où sont formées les meilleures Terreurs. Son plan de carrière bien préparé est pourtant menacé par sa rencontre avec James P. Sullivan, dit Sulli, un vrai crack qui a un don naturel pour Terrifier. Aveuglés par leur désir de se prouver l’un à l’autre qu’ils sont imbattables, tous deux finissent par se faire renvoyer de l’université. Pire encore : ils se rendent compte que s’ils veulent que les choses aient une chance de rentrer dans l’ordre, ils vont devoir travailler ensemble, et avec un petit groupe de monstres bizarres et mal assortis…

.

Les Studios Pixar ont toujours été synonymes de réussite dans le domaine de l’animation, réussissant à la perfection à allier une technique des plus remarquables et une richesse scénaristique avec un brio des plus exemplaires. Néanmoins, certains des titres se sont retrouvé vite décriés par l’apparente baisse de qualité qui était suggérée dans leur création. On pense par exemple à tout ce qui touche aux suites comme celles de Cars ou « Le monde de Dory ». Néanmoins, si le titre est largement plus ignoré parmi les différentes créations Pixar, force est de constater que « Monsters University » est bien plus riche qu’il n’y paraît.

En effet, derrière sa promesse de préquelle à l’excellent « Monstres et Compagnie » se cache une rencontre entre deux profils d’acteurs brimés chacun à leur manière. D’un côté, Bob se retrouve, par son physique, mis dans des cases qui l’oppressent et l’obligent à se donner encore plus que les autres. De l’autre, Sully profite d’être un « fils de » tout en étant obligé de vivre derrière cette ombre étouffante. Le long-métrage prend ainsi toute sa puissance en tant qu’allégorie d’artistes qui, par leur amitié, développeront une relation de créateur et de muse qui prendra toute sa puissance dans un climax des plus passionnants par son usage de multiples ressorts du cinéma de genre.

Bien évidemment, le long-métrage parvient également à fonctionner par son rôle de préquelle, notamment par son jeu avec les tropes des films d’université. Citant au passage « Carrie », le film trouve alors des idées visuelles en tous genres, bien aidé par une animation au photoréalisme saisissant dans ses décors. Se dessinent alors des limites de plus en plus brouillées entre réalité et fiction, par l’aide d’une technique au service d’un récit qui évite le trop plein de clins d’œil faciles pour mieux arriver à divertir et surtout émouvoir.

Est-ce que ce « Monsters University » est du niveau du film original ? Peut-être pas. Néanmoins, cela ne devrait pas écorner l’image d’un film bien trop sous-estimé pour sa charge émotionnelle des plus présentes et de ses questionnements sur l’acting avec un talent toujours aussi présent. Normal en même temps, de la part d’une production Pixar.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *