Shadow - Le noir et le blanc

07/09/2020

Titre : Shadow

Réalisateur : Zhang Yimou

Avec : Deng Chao, Sun Li, Zheng Ryan, ...

Genre : Action, drame

Durée : 1h56

Nationalité : Chinois

Sortie : 26 septembre 2019 en DVD

Résumé : Zhang Yimou réinvente l'épopée des Trois Royaumes avec l’histoire ambitieuse d’un roi imprévisible et de son chef des armées qui dispose d'une arme secrète : un sosie capable de duper l’ennemi et le roi lui-même. Pour remporter la bataille ultime, il doit exécuter ses plans en secret et entrer en guerre contre l’avis du roi.

.

L’une des premières choses qui frappe quand on découvre le film de Zhang Yimou, c’est sa photographie. Ici, pas de couleurs vives, tout se joue entre des nuances de noir et de blanc, dans une opposition visuelle aux tons aussi fins que les relations des protagonistes. C’est l’occasion pour le metteur en scène de peindre des tableaux gagnant en force par cette rigueur visuelle des plus austères mais également de rendre plus éclatant encore le rouge du sang, celui qui finit inéluctablement par s’écouler par la force de la guerre et l’intemporalité de notre nature belliqueuse.

C’est en effet un récit de pouvoir qui se dessine, avec une telle délicatesse que l’on pourrait qualifier une grande partie du film de contemplative. Shadow prend le temps de s’établir, aux personnages de se construire et se déconstruire avec une aisance forte mais à double tranchant. C’est en effet ici que l’audience va se diviser, entre fascination esthétique et ennui narratif dû à une intrigue avec une certaine densité qui ne parvient pas à s’accomplir totalement durant la durée du métrage.

Pourtant, quand le film va vers l’affrontement pur et dur, la brutalité des coups et l’écoulement du sang si rouge à l’écran, il parvient à atteindre des sommets, par la force d’une poésie graphique qui parvient à s’emballer avec passion. Les tableaux prennent vie et touchent au mieux la nature tragique des personnages dépeints.

« Shadow » rentre donc dans la catégorie de ces longs-métrages qui, à défaut d’être totalement appréciables, sont intéressants par leur manière de ne pas jouer la carte de la facilité. Si l’on peut trouver que la narration aurait pu être plus solide, force est de constater que la splendeur visuelle du film de Zhang Yimou nous poussera sans aucun doute au re-visionnage pour mieux replonger dans la superbe de ses plans.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *