Sur la route de Whiskyville de Macon Blair et Joe Flood

25/09/2020

Titre : Sur la route de Whiskyville

Auteur : Macon Blair et Joe Flood

Editions : Rue de Sèvres

Prix : 18,00 €

Parution : 26 août 2020

Nombre de pages : 168 pages

Genre : Comédie, drame, aventure

Résumé : Dans les années 30, alors que Jed et Thanny sillonnent le pays à la recherche de la légendaire ville des alcools, ils sont poursuivis sans relâche par le redoutable sergent de la gare de triage Ronan O’Feathers, qui leur reproche à tort, la mort de sa femme suite au vol d’une banale tourte. Fuyant O’Feathers et sa bande, nos vagabonds rencontrent une succession de personnages totalement décalés. Certains sont des loosers, d’autres sont cruels et cupides. Dans tous les cas et bien souvent par accident, Jed et Thanny se sortiront de situations ubuesques tout en laissant sur leur passage, le souvenir d’un chaos.

.

Dès les premières cases de cette bande dessinée, on ressent un parfum d’antan, celui d’une Amérique encore en pleine construction de ses mythes et de ses fondamentaux. « Sur la route de Whiskyville » s’ouvre ainsi sur des paysages bucoliques que viennent perturber nos deux héros, Jed et Thanny, vagabonds à la recherche d’une ville mythique loin des soucis de leurs conditions de vie. Le ton s’entame alors avec une certaine forme de légèreté jusqu’à ce qu’un écart aussi brutal que soudain n’arrive perturber le tout et surtout mettre le feu aux poudres d’un récit tragicomique à souhait.

Que l’humour par moments absurde et les moments plus colorés ne vous fassent pas avoir : aussi doux que soient les traits de Joe Flood, ceux-ci dépeignent un pays en crise, animé par l’envie des uns de pouvoir exister tels qu’ils le veulent et la violence des autres, prête à enflammer tout avec rapidité. Il y a beaucoup de moments amusants dans ce périple jusque Whiskyville mais cette route se dessine avec une inquiétude permanente, que ce soit dans l’obligation de croire en ce qui a tout l’air d’être impossible pour se trouver du sens à son existence ou bien cette tristesse en arrière-plan de certains des personnages. Tout cela permet d’amener quelque chose de plus triste dans les mésaventures de Jed et Thanny, écrites par l’acteur Macon Blair (habitué du cinéma de Jeremy Saulnier, que ce soit dans « Blue Ruin » ou encore « Green Room »).

Ode à la liberté dans une Amérique des contrastes (finalement une constante dans l’histoire du pays), « Sur la route de Whiskyville » est une aventure aussi burlesque et drôle que chargée de tristesse et de doutes. Ce qui est sûr, c’est que c’est le même plaisir qui nous anime en suivant ces vagabonds en quête de leur Eldorado et que leur pérégrination risque de connaître de nombreuses relectures avec cette même appréciation.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *