Dégels - Un bel hommage...

28/10/2020

Titre : Dégels

Auteur : Julia Philipps

Editions : J'ai lu

Prix : 8,00 €

Parution : 26 août 2020

Nombre de pages : 378 pages

Genre : Contemporain / Suspense

Résumé : Sur le rivage de la péninsule du Kamtchatka, aux confins de la Russie, deux petites filles disparaissent. L'enlèvement bouleverse les habitants : le coupable serait-il un étranger de passage ? Pire, l'un d'entre eux ? Comme une onde de choc, le trouble se propage et vient ébranler dix femmes dans leur quotidien, leurs amours et leurs rêves secrets, tandis que le puzzle de la disparition se reconstitue peu à peu... Dans un décor inoubliable, entre volcans, eaux sombres et faune hostile, Julia Phillips construit un huis clos magistral dans la lignée de Laura Kasischke et d'Alice Munro, où l'émotion se mêle au suspense.

.

J’ai évidemment été attiré par ce roman de par son contexte, la Russie étant mon pays natal. Toutefois, j’ai toujours un peu peur lorsqu’un auteur étranger s’aventure dans un pays qui n’est pas le sien, d’autant plus dans une région aussi éloignée du monde occidental que le Kamtchatka. C’est donc avec un mélange d’appréhension et de curiosité que je me suis plongé dans ce roman que j’ai finalement trouvé d’une force rare. Un grand merci donc aux éditions J’ai lu pour leur envoi. 

Même si c’est le mystère lié à l’enlèvement de deux fillettes un jour d’été qui m’a séduit au départ, je me suis rapidement détaché de l’aspect « policier » de cette histoire qui s’est révélée être beaucoup plus. La disparition n’est presque qu’un prétexte pour introduire cette large palette de personnages aux vies entremêlées et aux destins croisés. Au fil des douze chapitres, chacun mettant en scène une femme différente issue de ce peuple nomade qui essaye de vivre et de survivre dans un monde dominé par les hommes, l’auteure brosse un portrait saisissant. J’ai adoré la plume de Julia Phillips et son approche si singulière, autant dans la narration que dans la forme que celle-ci prend. 

Plongé dans ma lecture, j’avais à la fois envie de la dévorer tout en sentant qu’elle méritait d’être savourée. La figure féminine occupe ici une place centrale, aussi bien dans sa gloire que dans son désespoir, avec ses qualités et ses défauts. L’auteure a vraiment réussi à imaginer une histoire qui rend hommage à la Russie et à ses peuples méconnus (que Julia Phillips a elle-même fréquentés), tout en insufflant une touche de suspense judicieuse et intelligente. 

J’en dis volontairement peu sur l’intrigue car je pense qu’elle mérite d’être découverte pour être pleinement appréciée mais sachez que de nombreuses thématiques actuelles telles que le patriarcat, la domination et l’émancipation féminines y sont traités. Je vous recommande par conséquent fortement ce roman, qu’il ne faut pas uniquement aborder comme un huis clos à suspense, ce qu’il est, certes, mais pas que…

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *