Drunk : l'ivresse de notre existence

28/10/2020

Titre : Drunk

Réalisateur : Thomas Vinterberg

Avec : Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe, ...

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1h55

Nationalité : Danemark

Sortie : Octobre 2020

Résumé : Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

.

Dans une actualité cinéma marquée par les reports à répétition de blockbusters, si pas leur absence de diffusion tout court (coucou Soul !), le dernier long-métrage de Thomas Vinterberg constitue un événement, bien aidé par sa sélection officielle pour Cannes 2020. Le pitch prometteur et un Mads Mikkelsen toujours aussi magnifique même dans des rôles oubliables, il fallait bien admettre que l’on avait hâte de voir ce « Drunk » entouré de retours positifs. Il nous paraît donc logique de s’ajouter à la liste de ceux-ci tant le film constitue un grand plaisir que l’on a envie de revivre.

Là où certains auraient usé du prétexte de départ pour virer dans le rigolard, Vinterberg préfère ausculter des hommes marqués par leur jeunesse d’antan et prêts à tout pour la revivre. Chacun est animé par ses regrets et ses frustrations diverses, trouvant dans l’affranchissement abreuvé une échappatoire qui semble si idéale et pourtant si taboue. Le film ne joue d’ailleurs pas la carte de la moralisation simpliste, trouvant le compromis entre une consommation d’alcool aidant à la célébration sans en nier ses effets néfastes.

Le jeu tout en subtilité des acteurs leur permet de véritablement exploser dans certaines séquences, allant toujours de plus en plus loin jusqu’à atteindre le mur que l’on sait inévitable. Il s’en dégage quelque chose d’assez douloureux, comme assister à la déchéance de proches sans autre moyen que d’assister à leurs actions. Thomas Vinterberg ne tombe pas dans l’artifice visuel ou narratif et va dans quelque chose qui varie aussi bien dans l’amertume de l’existence que la joie de pouvoir profiter de certains bonheurs propres.

Dès lors, on craint de ne pas pouvoir vraiment poser des mots assez corrects pour expliquer en quoi on aime passionnément « Drunk ». Restons-en à l’essentiel : Thomas Vinterberg nous offre un moment de fête et de tristesse, telle une soirée dont on sait la fin proche mais rendant justement celle-ci plus mémorable. Et si la fête est finie, on n’oubliera pas de célébrer « Drunk » comme un film qui mérite beaucoup d’amour, ode à la vie dans ce qu’elle a de plus belle, tragique et éphémère. Décidément, what a life…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *