La Guilde des Aventuriers - Un très chouette roman, une couverture à revoir

20/10/2020

Titre : La Guilde des Aventuriers #1

Auteur : Zack Loran Clark & Nick Eliopoulos

Editions : Bayard Jeunesse

Prix : 15,90€

Parution : 23 septembre 2020

Nombre de pages : 425 pages

Genre : Fantasy, jeunesse

Résumé : Pierrefranche est l'une des dernières cités survivant à l'assaut des monstres qui ont envahi le monde. Différentes guildes y organisent la résistance. Parmi elles, celle des Aventuriers a mauvaise réputation :
1. Ses apprentis sont recrutés de force.
2. Ses membres meurent jeunes.
Zed, un demi-elfe aux pouvoirs magiques, est désigné pour rejoindre la guilde des Aventuriers. Son meilleur ami Brock décide alors de se porter volontaire pour l'accompagner. L'intrépide Liza, elle, née d'une famille de nobles, a toujours rêvé d'entrer dans la Guilde.
Zed, Brock et Liza vont peu à peu découvrir, derrière les murailles de la ville, un monde aussi dangereux que merveilleux. Or, les Aventuriers sont la dernière ligne de protection de la ville...

.

Vous commencez à connaître le refrain : moi quand on me tend au loin un roman jeunesse qui met en scène une petite équipée appelée à réaliser de grandes choses, j’ai du mal à résister. Mais alors quand en plus les personnages ont été recrutés bon gré, mal gré (et surtout « mal gré » dans le cas présent) par la guilde la moins reluisante de la ville, qui a pour réputation de n’embaucher que des voyous et des ratés, là je ne résiste plus du tout. Forcément, dès sa sortie, j’ai jeté mon dévolu sur La Guilde des Aventuriers et je dois dire que je suis loin de regretter mon choix !

Je me suis absolument et totalement laissée porter par la plume des auteurs qui m’a surprise et absolument ravie, en me permettant de m’évader complètement dans ce monde de guildes rivales et de dangers permanents. Parfois, dans certains ouvrages de littérature de jeunesse, les personnages sont un peu archétypaux – peut-être pour laisser les plus jeunes lecteurs s’investir aussi dans le roman ou alors pour se concentrer d’autant plus sur l’univers proposé par l’auteur. Ici, il n’en est rien et c’est d’autant plus agréable ! Les auteurs nous proposent une palette de personnages très variés et plutôt très complexes (ils ne sont d’ailleurs pas tous faciles à aimer !) ce qui donne un véritable appui pour ce premier tome très prometteur. Aucun écueil de ce côté-là, nous sommes assurément bien loin d’avoir affaire à des personnages insipides ou interchangeables, bien au contraire ! Les caractères de nos trois héros aussi bien que des personnages secondaires sont très affirmés – dans leurs bons comme dans leurs mauvais côtés – et chacun apporte une touche personnelle différente à l’histoire. C’est d’autant plus agréable que le lecteur voit les choses de deux points de vue on ne peut plus différents : celui de Zed, l’ensorceleur timide, et celui de Brock, le fils de marchand très sûr de lui.

Cette alternance de points de vue – un par chapitre – nous permet d’appréhender le monde et les événements qui s’y déroulent à la fois du point de vue de Zed et de celui de Brock, les deux amis ne pourraient d’ailleurs pas mener des vies plus différentes l’une de l’autre que dans ce premier tome. Et pourtant, les auteurs ont d’après moi parfaitement réussi à partager avec leur lectorat l’amitié profonde qui lie les deux adolescents, et leur indéfectible soutien l’un envers l’autre est l’une des choses que j’ai beaucoup aimées dans ce roman.

Par ailleurs, force est de constater que les auteurs ont réussi avec cet ouvrage à réaliser l’exploit de ne pas laisser une seconde de répit aux lecteurs : amateurs de rebondissements, ce roman est pour vous ! Il m’a tout simplement semblé impossible de s’ennuyer pendant cette lecture !

Avec tant de points positifs, comment expliquer me direz-vous une note de seulement trois étoiles ? Eh bien c’est là où le bât blesse, puisque si je n’ai absolument rien à redire du contenu du roman, j’ai cependant pas mal de choses à dire au sujet du travail éditorial qui a été fait autour de la couverture du livre.

Si l’on prend le temps de la regarder quelques instants, la couverture est, somme toute, assez classique pour un roman jeunesse fantasy : une forêt menaçante, trois aventuriers au premier plan… Simple et efficace, me direz-vous ! Pas exactement. Ou plutôt si, mais les personnages du livre semblent comme qui dirait avoir changé de couleur entre le récit et la manière dont l’éditeur a choisi de les représenter sur la couverture. En effet, Liza l’adolescente au centre de l’image est décrite dans l’ouvrage comme « une jeune fille au teint olivâtre » (p. 58), ce qui n’est clairement pas son cas sur l’image puisque notre héroïne est représentée avec le teint plutôt rose. Passons maintenant à la description de Zed, l’elfe (à gauche sur la couverture) et de son ami Brock (à droite sur la couverture) : « Ainsi la peau ocrée et les traits fins de Zed n’avaient-ils rien de commun avec le visage pâle et le large sourire de Brock » (p. 15-16). Je ne sais pas vous, mais je n’ai pas vraiment l’impression que l’idée que les auteurs se faisaient de leurs personnages a vraiment été respectée. Honnêtement, je trouve ça plus que questionnable qu’en 2020 une maison d’édition aussi reconnue que Bayard Jeunesse soit visiblement incapable d’adapter ses couvertures non seulement à l’univers créé par les auteurs, mais plus largement au monde dans lequel on évolue. Il est déjà suffisamment difficile de trouver des romans jeunesse avec une véritable représentation sans que celle-ci soit le sujet même du récit mais si en plus quand il y en a les éditeurs refusent de le traduire sur la couverture, que nous reste-t-il ?

Vous l’aurez bien sûr compris, je trouve que ce roman méritait bien plus que la note que je lui ai donné, cependant, un livre n’est pas qu’une histoire, c’est aussi un objet et les choix éditoriaux qui l’entourent – et ceux-ci ne me semblent simplement pas acceptables. Pour ma part, je pense que je lirai avec plaisir la suite des aventures de Zed et Brock, en espérant que cette fois-ci les éditions Bayard les illustreront comme les auteurs les ont décrits.

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *