L'Alcazar - Une excellente conclusion !

10/10/2020

Titre : L'Alcazar

Auteur : Amy Ewing

Editions : Collection R

Prix : 18,90 €

Parution : 25 juin 2020

Nombre de pages : 450 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Elle est tombée du ciel... Saura-t-elle y remonter ?
Précipitée du haut de la Cité du Ciel dans l'espoir de rompre le cordon qui la relie à sa planète d'attache, Sera sait désormais où le trouver : sur la légendaire île de Braxos. Mais elle aura besoin pour l'atteindre de toute l'aide de ses alliés humains.
Le voyage promet en effet d'être périlleux et il n'y a pas de temps à perdre : la grande prêtresse abuse de plus en plus de sa toute-puissance, menaçant la survie de la Cité et de tous les êtres chers à Sera.
Celle-ci est prête à tout pour sauver son peuple, quand bien même il lui faudrait se sacrifier une nouvelle fois...

.

Plus tôt cette année j’ai eu la chance de découvrir le premier tome de cette duologie, La Cité du Ciel, pour lequel j’avais eu un coup de cœur complètement inattendu. Le monde créé par l’auteure était en effet si original et unique que je ne voulais plus le quitter ; j’y serais d’ailleurs bien resté si seulement j’avais la suite sous la main ! Autant vous dire que L’Alcazar n’a pas dormi très longtemps dans ma PAL tant il me tardait de connaître le fin mot de toute cette histoire. Un grand merci donc à la Collection R pour son envoi.

L’intrigue de ce second et dernier tome reprend tout de suite après les événements du premier, déjà riche en rebondissements. J’ai adoré retrouver les personnages, aussi bien ceux de la cité du ciel que de la planète, dont on va suivre parallèlement les aventures au fil des chapitres aux points de vue alternés. Je ne peux pas en dire trop sur l’histoire en elle-même mais j’ai beaucoup aimé la direction que l’auteure a décidé d’emprunter. On sent que tout a été mûrement réfléchi en avance, sans incohérences ou questions laissées sans réponses.

L’univers mis en place dans La Cité du Ciel s’étend encore plus ici, avec l’exploration de nouvelles contrées et la rencontre de nouveaux peuples. Je regrette même que la série s’arrête là car avec autant de potentiel, elle aurait franchement mérité un ou deux tomes supplémentaires. Le rythme est quant à lui toujours aussi maîtrisé et les rebondissements multiples. Si je n’ai pas eu le coup de cœur espéré cette fois, c’est peut-être parce que j’ai été moins surpris, notamment par la fin qui m’a semblé un poil facile bien que très touchante et profondément humaniste. 

C’est toujours compliqué de parler d’une suite car je ne peux pas aborder les points importants mais je ne veux pas non plus rester trop vague parce que cette duologie vaut vraiment le coup d’être lue. Depuis Le Faiseur de Rêves de Laini Taylor, je n’avais rien vu de similaire, d’autant qu’Amy Ewing profite de cette histoire pour passer un puissant message de tolérance sans que cela ne semble forcé ou inapproprié. 

En somme, il s’agit d’un excellent diptyque, bourré d’action, de magie et de mystère. Une formidable aventure que je recommande à tout le monde, surtout si vous êtes à la recherche d’histoires qui sortent des sentiers battus. 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *