Le jardin des papillons de Dot Hutchinson

05/10/2020

Titre : Le jardin des papillons

Auteur : Dot Hutchinson

Editions : City Editions

Prix : 19,00 €

Parution : 2 septembre 2020

Nombre de pages : 352 pages

Genre : Drame, thriller

Résumé : Près d’une grande demeure isolée, au cœur d’un immense et luxuriant jardin, débordant de fleurs et de plantes rares, le FBI fait une découverte terrifiante. Le lieu est peuplé de « papillons » : de très jeunes femmes dont le dos a été tatoué pour ressembler à celui de l’insecte.

Celui qui veille sur ce monde fascinant et effrayant est un homme brutal à l’esprit troublé que ses victimes ont baptisé « Le Jardinier ». Son obsession : capturer, préserver et immortaliser ses plus beaux spécimens.

Parmi les survivantes, une jeune femme, Maya, semble différente. Chargés de lever le mystère sur l’une des affaires les plus obscènes et les plus horrifiques qu’ils aient jamais eue à traiter, les agents spéciaux Victor Hanoverian et Brandon Eddison sont perplexes. Plus ils interrogent la jeune femme, plus elle se révèle être elle-même une véritable énigme. Et plus elle se confie, et plus les agents se demandent ce qu’elle leur cache encore…

.

Il suffit de quelques pages pour que Dot Hutchinson plante son décor avec une atmosphère des plus dérangeantes. En effet, la façon d’introduire les événements devrait permettre à toute personne aimant la lecture de savoir dans quelles eaux elle va se plonger. La romancière nous met ainsi dans une position inconfortable de façon rapide pour mieux traiter la figure de la survivante par les yeux de Maya. Le livre se repose ainsi plus sur ses souvenirs que sur l’interrogatoire mené par les policiers, aussi bien pour mieux créer des liens avec l’héroïne mais également se confronter aux sévices qu’elle a subis.

Jamais Dot Hutchinson n’est tendre, bien au contraire, tant sa plume est d’une brutalité estomaquante, certains passages étant difficiles à supporter. Les âmes sensibles s’abstiendront ainsi de la lecture de ce « Jardin des Papillons » tant son histoire repose sur divers facteurs perturbants. On pense entre autres aux sévices physiques et sexuels subis, rappelant la volonté du patriarcat de se réapproprier des corps féminins pour le plaisir jusqu’à ce que ceux-ci soient considérés comme socialement trop « âgés ».

« Le Jardin des Papillons » délaisse au final sa tenue de thriller à retournement pour un drame suivant une victime d’un esprit violent, avec ce qu’il faut de cruauté pour nous placer dans une position d’inconfort permanent, franchissant la limite du voyeurisme sans souci. Cela n’en fait pas un mauvais roman (bien loin de là, même) mais il faut savoir s’y confronter tant Dot Hutchinson ne joue jamais la carte de la facilité, pour le meilleur comme pour le pire…

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *