These savage shores - Le retour des vampires ?

12/10/2020

Titre : These savage shores

Auteur : Ram V, Vitorio Astone & Sumit Kumar

Editions : HiComics

Prix : 17,90 €

Parution : 19 août 2020

Nombre de pages : 176 pages

Genre : Comics/Fantastique/Mystère

Résumé : 1766. Deux siècles après l'arrivée du premier navire européen sur les côtes de Malabar et l'implantation des colons à Calicut, la Compagnie des Indes cherche à protéger ses intérêts économiques sur la Route de la Soie.

Un vampire embarque sur un bateau de la Compagnie, dans l'espoir de redémarrer de zéro sur ces nouvelles terres prometteuses. Mais il comprendra vite que les rives de l'Indus abritent des démons et des créatures légendaires bien plus anciennes et plus puissantes que lui.

.

Il semblerait que le vampire soit de retour dans nos lectures ! Depuis quelques mois on observe en effet une renaissance, si je puis dire, de cette créature mythique dans la littérature, et en particulier dans le young adult. L’exemple le plus flagrant est évidemment Midnight Sun de Stephenie Meyer, mais il y en a plein d’autres ! Comme la saga the The Beautiful de Renée Ahdieh (j’ai d’ailleurs eu un gros coup de coeur pour le premier tome) ou encore le recueil de nouvelles Vampires never get old dans lequel un joli panel d’auteurs très connus ont décidé de revisiter le mythe à leur façon. Même si ces deux derniers titres n’ont pas encore été traduits en français, je suis persuadé que cela ne saurait tarder avec la très forte demande manifestée par les lecteurs. 
Pour en revenir à These savage shores, j’ai tout de suite été séduit par le résumé, d’autant que pour une fois il s’agit d’un one-shot, et que cette histoire se suffit à elle-même. Un grand merci donc aux éditions HiComics pour leur envoi !

Je ne vais pas vous mentir, je n’ai pas eu le coup de coeur que j’avais espéré. La raison est assez simple : je n’ai pas compris tout ce qui s’était passé… Mais ce n’est pas pour autant de la faute des auteurs qui ont fait un travail formidable, que ce soit en terme de narration ou de dessins (qui sont incroyables). Je pense simplement que j’ai abordé ce comics en pensant qu’il s’agissait d’une lecture « légère », en tout cas pas aussi dense qu’un roman, et que je pouvais par conséquent la terminer rapidement sans forcément faire preuve d’une grande concentration. Or, l’intrigue de These savage shores est très complexe car elle fait à la fois appel à l’Histoire (en l’occurence celle de la Compagnie des Indes en 1766 ; oui, moi aussi ça m’a donné envie de revoir Pirates des Caraïbes) mais aussi aux mythes et légendes que les auteurs se sont appropriés. Il y a ainsi plusieurs couches qui font partie d’un grand arc narratif qui, pour être pleinement compris, nécessite un certain investissement de la part du lecteur. Alors je ne dis pas que j’ai lu ce comics en diagonale, loin de là, mais je n’étais peut-être pas dans la meilleure période pour l’apprécier pleinement. 

Malgré ces « critiques », je ne peux que reconnaître la puissance des dessins qui, pour le coup, m’ont vraiment transporté. Chaque coup de crayon est une oeuvre d’art à lui seul et il me semble que c’est la première fois où j’ai été ému par une oeuvre littéraire graphique.
C’était par ailleurs très intéressant de me plonger dans une histoire de vampires présentée sous une autre forme que le roman (ou le film), et de voir comment les auteurs se représentaient visuellement cette créature. 

En somme, je ne peux que recommander ce comics dense, beau et surprenant à tous les amateurs de ce format. Je reste persuadé qu’il saura trouver son public car il le mérite amplement. De mon côté, je suis maintenant très curieux de découvrir les autres oeuvres des auteurs/dessinateurs dont le talent est bluffant.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *