Holidate – Une rom-com fun et festive

16/11/2020

Titre : Holidate

Réalisateur : John Whitesell

Avec : Emma Roberts, Luke Bracey, Jessica Capshaw, Jake Manley, Kristin Chenoweth, Andrew Bachelor, Frances Fisher, Manish Dayal, ...

Genre : Comédie, romance

Durée : 1h43

Nationalité : Américain

Sortie : 28 octobre 2020 (Netflix)

Résumé : Sloane et Jackson détestent tous les deux les grandes fêtes du calendrier. Célibataires endurcis, ils se retrouvent souvent à la table des enfants ou aux côtés d'inutiles petits amis. Alors, quand ils se rencontrent lors d'un Noël désastreux, ils se promettent de s'accompagner l'un l'autre au fil du calendrier festif des mois à venir. Complices et sans arrière-pensée, ils font équipe pour le meilleur et pour le rire. Mais au terme d'une année de célébrations, Sloane et Jackson se rendent compte que partager ce qu'ils détestent fait peut-être naître d'autres sentiments…

La saison des rom-coms et autres films typiques des fêtes de fin d’année est officiellement lancée. Netflix ouvre le bal avec Holidate, une comédie romantique pétillante et déjantée, portée avec enthousiasme par Emma Roberts et Luke Bracey. Celle-ci met en scène un nouveau concept, celui du « holidate », c’est-à-dire avoir une personne avec qui passer les vacances, précisément dans le but de ne pas être seul et éviter que les membres de votre famille n’essaient de vous caser avec n’importe qui. Réalisée par John Whitesell (Big Mamma) et écrite par Tiffany Paulsen, cette comédie de circonstance à l’approche des fêtes de fin d’année et des éternelles questions sur les amours qui les accompagnent, se révèle tant divertissante que réconfortante. Avec un scénario accrocheur -bien que relativement prévisible- et un duo d’affiche charmant et dynamique, Holidate est une rom-com efficace pour lancer la saison des films des fêtes de fin d’année. Il y a un réel plaisir à suivre les aventures de ces deux Scrooges. La rom-com parfaite pour les personnes qui, comme ces deux-là, détestent les grandes fêtes du calendrier.

Tout commence le soir de Noël. Les décorations flamboyantes, les pulls affreux, le tumulte des réunions de famille, tout y est. La revêche Sloane (Emma Roberts) déteste les fêtes de fin d’année et tout ce qui va avec. Le film s’ouvre alors que celle-ci se présente seule au dîner de Noël, préférant finir sa cigarette sur le perron de la maison de sa mère avant d’affronter sa famille. Sloane le sait, ce sera une nouvelle fête où sa mère lui reprochera d’être toujours célibataire, sa tante Susan aura convié une énième conquête passagère, tandis que sa sœur Abby (Jessica Capshaw), mère de quatre enfants, et son petit frère York (Jake Manley), accompagné de sa fiancée Liz, lui jetteront une nouvelle fois à la figure leur bonheur conjugal, lui rappelant constamment son célibat. La jeune femme passe donc ce réveillon à la table des enfants. A l’autre bout de la ville, le charmant et très soucieux de son hygiène de vie Jackson (Luke Bracey) déteste lui aussi les fêtes de fin d’année. Celui-ci n’a pas de famille aux Etats-Unis et il trouve stressant de rencontrer de nouvelles personnes pendant les vacances. Le soir du réveillon ne se passe p exactement comme prévu pour le jeune homme puisqu’il se retrouve otage de la famille, adepte de pulls affreux de Noël, d’une fille avec qui il n’est sorti que trois fois.

Le lendemain des festivités, les deux jeunes gens se rencontrent par hasard dans la file d’attente d’un magasin alors qu’ils tentent d’y retourner leurs cadeaux respectifs. Après un échange houleux, ces deux étrangers maussades finissent par se rapprocher en raison de leur dégoût mutuel pour les grandes fêtes du calendrier. Toutefois, tous deux s’accordent à dire que tous les jeunes adultes se doivent de venir aux festivités avec une personne à leurs côtés, et une chose en entraînant une autre, ils concluent un pacte, inspiré par la tante Susan de Sloane qui débarque toujours avec un nouvel homme à son bras aux réunions familiales. Ils seront donc chacun le « holidate » de l’autre, autrement dit des plus uns totalement platoniques qui s’accompagnent à chaque événement important des fêtes et sans autre engagement. Leur arrangement débute au Nouvel An et après une première soirée concluante, ils prévoient de se voir à chaque fête au cours de l’année, allant de la Saint-Valentin à Halloween, en passant par Pâques ou encore la Saint-Patrick. A force de se contacter ponctuellement pour ces faux rendez-vous, Sloane et Jackson se découvrent, consolidant au fil du temps une solide amitié qu’ils n’avaient pas forcément anticipée, à tel point qu’ils finissent par se demander si cette idée était finalement si inoffensive.

Une des raisons de la réussite de Holidate est la dynamique et l’alchimie convaincante de son duo d’affiche. Dès leur rencontre fortuite dans un centre commercial, leur connexion est immédiate. Leur duo est vraiment très amusant à suivre et donne lieu à des moments tant hilarants que mémorables, entre un porté à la Dirty Dancing réussi à un détail près, un accident cocasse à l’occasion de la fête nationale aux Etats-Unis ou encore une soirée d’Halloween plutôt impétueuse. Chaque faux rendez-vous occasionne son lot d’imprévus toujours plus comiques. A l’occasion de tous ces rendez-vous, une réelle amitié se développe entre Sloane et Jackson à mesure qu’ils se dévoilent l’un à l’autre. Un lien qui pourrait déboucher sur quelque chose de plus si ces deux-là se décident finalement à se laisser une chance. De plus, le film ne se contente pas de montrer comment ceux-ci pourraient éventuellement tomber amoureux, nous voyons également Sloane et Jackson grandir en tant que personnes, grâce en partie au soutien de l’autre.

John Whitesell et Tiffany Paulsen confient à Emma Roberts un rôle féminin plutôt rafraîchissant pour une rom-com. En effet, Sloane est une jeune femme à laquelle il est assez facile de s’identifier : sans complexes, fumeuse assumée, adepte des sucreries en tout genre, parfois revêche, c’est une jeune femme qui a ses défauts et ses doutes comme tout le monde. Elle déteste les pressions de sa famille quant à son célibat et n’entend pas se conformer aux attentes envers la gente féminine. Toutefois, derrière son apparence caustique, Sloane cache une réelle vulnérabilité qui se dévoile peu à peu. Emma Roberts (Les Miller, Nerve, Scream Queens) se débrouille vraiment bien dans le genre, incarnant avec enthousiasme cette jeune femme en mal d’amour. L’actrice y démontre ses compétences comiques, que cela soit avec des batailles verbales épiques avec Luke Bracey ou encore les touches d’humour physique qu’elle apporte. De son côté, Luke Bracey (Une seconde chance, Point Break) semble tout aussi à l’aise dans le registre comique, glissé dans la peau du charmant Jackson dont le problème principal semble être sa peur de l’engagement. Le jeune homme dispose de cette légère arrogance, qu’il est facile de lui pardonner en raison de son amabilité chaleureuse. Ensemble, Emma Roberts et Luke Bracey naviguent habilement dans le registre comique, formant un duo aux personnalités bien distinctes, tant convaincant qu’entraînant.

De plus, les acteurs secondaires apportent chacun leur contribution à l’histoire de Sloane et Jackson. Jessica Capshaw (alias Arizona Robbins dans Grey’s Anatomy), ici mère de quatre enfants, avec un mari dévoué, est la confidente un brin déjantée (mais un rien comparé à la tante Susan incarnée par Kristin Chenoweth) de Sloane. Un soutien infaillible pour celle-ci. Dans la peau du docteur Farook, Manish Dayal (The Resident) transpire la tendresse alors qu’il se livre à une histoire d’amour assez inattendue. Enfin, Frances Fisher (Titanic) incarne la mère un tantinet irritante et envahissante de Sloane qui ne cesse d’essayer de lui faire rencontrer de nouveaux hommes à chaque occasion qui se présente.

Holidate ne réécrit pas les règles des rom-coms, il en suit clairement le schéma classique, ce qui amène le spectateur habitué du genre à savoir très rapidement où cet arrangement platonique risque de mener. Néanmoins, le scénario accrocheur et dynamique, passant d’un événement festif à un autre, parvient à capturer complètement le spectateur dans les aventures quelque peu rocambolesques de Sloane et Jackson, à tel point que la familiarité du schéma narratif parvient à être ignorée. De plus, tout en adoptant le schéma classique, Holidate est une comédie romantique qui se moque des comédies romantiques. Par exemple, assez tôt dans le film, Sloane se plaint des comédies romantiques qui prétendent que les deux protagonistes principaux ne finiront pas ensemble, alors qu’il est évident que cela sera le cas. Par la suite cela donne lieu à des moments « références » à des classiques du genre tels que la reprise du porté de Dirty Dancing en référence à la version de celui-ci par Emma Stone et Ryan Gosling dans Crazy, Stupid, Love.

Par ailleurs, le film présente les fêtes probablement les plus clichées et sa mise en scène n’a rien de vraiment extraordinaire, mais parvient, notamment grâce aux décors, à capturer l’atmosphère de celles-ci avec humour et exagération, permettant de réellement placer le spectateur dans l’esprit de ces festivités aux côtés des personnages. C’est notamment le cas des scènes dédiées au Nouvel An, particulièrement grandiose, Halloween ou encore la Saint-Patrick.

Cependant, Holidate ne réussit pas dans tous les domaines. D’abord, l’humour grinçant présent tout au long du film finit à certains moments par devenir lourd, certaines blagues et sous-intrigues ne s’avèrent pas très utiles ou pertinentes. Ensuite, certains choix narratifs desservent le propos principal (notamment de Sloane) de ne pas vouloir se plier aux attentes traditionnelles d’être accompagné pour les festivités, et c’est bien dommage de ne pas voir le film aller au bout de son idée et de ne pas faire se plier les personnages à ces exigences. En effet, les protagonistes disent ou pensent des choses que leurs actions viennent contredire. Par ailleurs, la caractérisation du personnage de Sloane -en héroïne rafraîchissante et relativement ordinaire pour une rom-com, qui ne veut pas se plier aux exigences envers les femmes- se fait malencontreusement au détriment de la caractérisation de certains autres protagonistes, notamment féminins : entre sa mère qui ne veut qu’une chose dans la vie, à savoir trouver un bon parti à sa fille, sa sœur aînée dépassée par ses quatre enfants et son mariage, et sa tante déjantée obnubilée par toute présence masculine à proximité. Leur trame narrative paraît dès lors plutôt ridicule, surtout en comparaison à celle de Sloane. La caractérisation de l’héroïne est en opposition bien trop stricte avec celle de ces personnages, ce qui dessert le propos du film, qui aurait gagné à trouver davantage de nuances à ce niveau.

Toutefois, Holidate parvient à être juste assez sérieux pour faire s’investir le spectateur dans la relation des deux protagonistes principaux. En effet, l’intrigue de Sloane et Jackson reste relativement solide tout au long du film, ce qui, combiné à l’alchimie convaincante de Luke Bracey et Emma Roberts, permet à la magie d’opérer. Alors oui, le schéma est classique et prévisible mais permet de passer moment fun et festif en toute légèreté alors que nous avons tous besoin de rire à l’heure actuelle.

En conclusion, Holidate est une rom-com sympathique, légère et très amusante. Les personnages y sont tant attachants que délirants, avec un casting particulièrement enthousiaste et porté par un duo de tête convaincant et dynamique qui fonctionne très bien. Au final, cette comédie romantique signée Netflix n’a absolument rien d’exceptionnel mais se révèle suffisamment divertissante et réconfortante pour passer un agréable moment, permettant de se distraire et se changer les idées. Le divertissement parfait pour la saison !

.

Bercée par la magie de Disney, j’aime me perdre à imaginer et créer de belles histoires. Je passe le plus clair de mon temps libre assise dans une salle de cinéma et l’actu ciné suffit à égayer ma petite journée.
3 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *