Le dernier message - Un retour en force !

16/11/2020

Titre : Le dernier message

Auteur : Nicolas Beuglet

Editions : XO Éditions

Prix : 19,90 €

Parution : 17 septembre 2020

Nombre de pages : 397 pages

Genre : Thriller

Résumé : Île d'Iona, à l'ouest de l'Ecosse. des plaines d'herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du " Chemin des morts ", la silhouette grise du monastère.

Derrière ces murs suppliciés par le vent, un pensionnaire vient d'être retrouvé assassiné. Son corps mutilé de la plus étrange des façons. C'est l'inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l'enquête. Après un an de mise à l'écart, elle joue sa carrière, elle le sait.

Sous une pluie battante, Grace pousse la lourde porte du monastère. Elle affronte les regards fuyants des cinq moines présents. De la victime, ils ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu'il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Un cabinet constellé de formules savantes...

Que cherchait Anton ? Pourquoi l'avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu'elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d'une des énigmes les plus vertigineuses de l'humanité repose tout entière sur ses épaules...

.

J’ai découvert Nicolas Beuglet avec le deuxième tome de sa saga mettant en scène l’héroïne Sarah Geringën, Complot, que j’avais A-DO-RÉ. Le troisième tome m’avait également beaucoup plu, même si j’en garde un souvenir un peu moins enjoué, l’intrigue étant peut-être un poil moins palpitante que celle de son prédécesseur. Et alors qu’il me reste toujours Le Cri à lire (rappelons tout de même qu’il s’agit du roman grâce auquel l’auteur a rencontré son public et, accessoirement, premier tome de la saga Sarah Geringën ; qu’est-ce que j’attends, me direz-vous), Nicolas Beuglet a annoncé il y a quelques mois la sortie de sa nouvelle série et, par conséquent, la naissance de sa nouvelle héroïne : Grace Campbell. Je pense honnêtement qu’il a eu raison de prendre du recul avec Sarah dont l’histoire commençait peut-être à s’essouffler un peu, pour, je n’en doute pas, mieux revenir la prochaine fois. En attendant, il nous introduit ici une inspectrice écossaise au passé mystérieux qui se retrouve confrontée à une enquête sans précédent dans sa carrière.
Vous l’avez compris à ma note, je me suis régalé avec Le dernier message où j’ai retrouvé tout ce qui faisait déjà la force de Complot, à savoir un rythme trépidant, des personnages complexes et, surtout, une histoire qui remet totalement en perspective notre vision du monde. Un grand merci donc aux éditions XO pour leur envoi.

Je vous avoue que j’ai demandé ce roman sans même lire sa quatrième de couverture, Nicolas Beuglet étant désormais un auteur à qui je fais confiance. J’ai donc été surpris (et aussi amusé) de découvrir que la pauvre victime dont on apprend l’identité dès les premières pages portait le même nom que moi. Anton est un prénom que j’entends de plus en plus mais qui demeure finalement assez rare, je n’ai donc pas souvent la chance de le voir très souvent dans les romans comme d’autres lecteurs. Entre vous et moi Nicolas, est-ce une sorte de vengeance personnelle parce que vous n’avez pas aimé ma critique de L’île du diable

Plus sérieusement, il m’a fallu une cinquantaine de pages pour rentrer complètement dans l’histoire. La raison principale étant que l’auteur se devait d’introduire Grace en bonne et due forme, d’autant que la jeune femme s’est très vite révélée mystérieuse… Le style de Nicolas Beuglet est toutefois si prenant qu’il en devient impossible de reposer le roman une fois qu’on l’a commencé ; et dès lors que l’enquête démarre véritablement, le lâcher devient un supplice. 

Une fois de plus, l’auteur nous embarque ici dans une course contre la montre où chaque seconde est comptée. Je ne vous révélerai évidemment pas de quoi il s’agit, mais cette fois encore il est parvenu à me surprendre avec des révélations fascinantes sur notre monde qui retournent davantage le cerveau que le meilleur twist final dans un bon thriller. On sent les nombreuses heures de recherche qui ont accompagné l’écriture de cette histoire au rythme effréné. Et c’est tellement plaisant de se plonger dans un roman qui excelle tout autant dans sa forme que dans son fond. Je suis persuadé que tout comme Complot, je garderai longtemps Le dernier message dans ma mémoire, ne serait-ce que parce que tous les deux ont changé ma vision de la société. 

Je pense qu’avec le temps (si ce n’est déjà le cas), Nicolas Beuglet deviendra une référence incontournable du thriller français. C’est en tout cas tout ce que je lui souhaite car ses histoires méritent d’être lues par le plus grand nombre. En ce qui me concerne, je ne sais pas si l’année prochaine marquera le grand retour de Sarah ou la continuité des aventures de Grâce (vu la fin de ce premier tome, je vous assure qu’il y en aura d’autres), mais une chose est sûre : je serai au rendez-vous.  

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *