Le Livre des Anciens #1 - Les femmes à l'honneur !

17/11/2020

Titre : Le Livre des Anciens #1 - Soeur Ecarlate

Auteur : Mark Lawrence

Editions : Bragelonne

Prix : 7,90€

Parution : 16 septembre 2020

Nombre de pages : 696 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Au couvent de la Mansuétude, on forme des jeunes filles à devenir des tueuses. Dans les veines de certaines d’entre elles coule le sang ancien, révélant des talents qui ne se manifestent plus que rarement depuis le jour où les Anciens ont accosté sur le rivage d’Abeth. Mais les maîtresses de la lame furtive ne mesurent pas tout à fait ce dont elles ont hérité à l’arrivée de Nona, une enfant de huit ans qui a déjà du sang sur les mains ; accusée de meurtre, la fillette s’est rendue coupable d’un acte plus odieux encore. Ayant échappé à la potence, elle est recherchée par de puissants ennemis aux mystérieux desseins. Au cours du long apprentissage de la voie de la lame et du poing, elle sera rattrapée par les secrets d’un passé hanté par la violence. Et tandis qu’un soleil mourant se lève sur un Empire en décrépitude, Nona devra affronter ses démons et devenir une redoutable guerrière si elle entend rester en vie…

.

Je ne crois pas en avoir beaucoup parlé par ici, mais je suis une grosse consommatrice de vidéos YouTube sur la fantasy. Évidemment, dans la mesure où je lis beaucoup de littératures de l’imaginaire, je suis toujours à la recherche de nouvelles sagas à découvrir, je suis donc bien obligée de me nourrir des expériences des autres… et je dois dire que j’adore ça. C’est au cours d’un de mes nombreux visionnages de vidéos anglophones que j’ai entendu parler pour la première fois du Livre des Anciens. Il m’arrive régulièrement de noter des titres pour surveiller une potentielle sortie en français – j’ai beaucoup de mal à lire en anglais, alors me lancer dans une saga de fantasy dans la langue de Shakespeare, je crois que je ne suis pas prête ! – et donc, à force d’entendre beaucoup de bien dans cette saga, je l’ai naturellement ajoutée à ma petite liste de romans dont je devais surveiller la traduction. Mais là, quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai découvert que non seulement la série avait déjà été traduite, mais qu’en plus elle sortait justement en poche ! Je ne sais pas ce que vous en dites mais pour moi c’était un signe : il fallait que je me lance à la découverte de cette trilogie dont j’avais finalement assez peu entendu parler dans la sphère littéraire francophone alors que nos amis anglophones semblent unanimes à son sujet !

Autant le dire tout de suite, ce premier tome n’a pas été pour moi le coup de cœur phénoménal qu’il a été pour d’autres. En revanche, j’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture et j’ai vraiment passé un excellent moment en compagnie de Nona et de ses camarades.

Dans ce premier tome, on est sur une construction assez classique : un enfant est retiré à sa famille qui le traitait très mal pour être amené dans une école plutôt spéciale où il va apprendre des choses assez éloignées de l’écriture et du calcul… Ça vous dit quelque chose, n’est-ce pas ?

Personnellement, c’est un trope qui me plaît plutôt beaucoup et donc j’ai savouré avec grand plaisir la découverte du couvent de la Mansuétude avec Nona. Car ici, pas de Poudlard, d’académie de magie ou d’école d’assassin ; notre personnage principal est formée dans un couvent par des bonnes sœurs. Néanmoins, on est bien loin des bonnes sœurs telles qu’on a tendance à les imaginer… Le culte de l’Ancêtre qui est en vigueur au couvent de la Mansuétude enseigne aux adolescentes et aux jeunes filles à atteindre la Voie – une sorte de transe qui leur permet de décupler leurs capacités physiques –, à se battre, à maîtriser l’art du poison et des antidotes, … Pas tout à fait un couvent comme les autres me direz-vous ! J’ai complètement adhéré à cette idée d’un couvent rempli de nonnes qui sont quasiment des espionnes (voire des ninjas). Le petit plus : les adolescentes ne sont pas du tout éduquées dans un esprit vengeur ou de justicier ; le combat ou la maîtrise du poison sont simplement présentés comme des disciplines ordinaires qu’il importe de maîtriser.

J’ai évidemment adoré cet aspect et – comme toujours dans ce type de roman – adoré suivre les cours en compagnie de Nona et de ses camarades, découvrir les enseignantes et les disciplines en même temps que la plus jeune arrivée au couvent.

C’est cependant un point qui je pense pourra en désarçonner plus d’un : le rythme de ce premier tome est assez lent. Personnellement, ça ne me dérange pas du tout – au contraire – puisque l’auteur en profite pour poser réellement les bases de son univers, les dynamiques en vigueur au couvent, le passé de Nona et surtout – ce que j’aime le plus – creuser les personnages et leur donner de l’épaisseur psychologique ! Car ce rythme assez lent permet vraiment à l’auteur de nous montrer une variété de personnages tous très différents les uns des autres et d’en faire des personnages vivants et réalistes. C’est sans hésiter ce qui m’a le plus accrochée dans ce roman. Tous les personnages ne sont pas attachants – loin de là, mais je les ai tous trouvés intéressants et j’ai adoré en détester certains (et me réjouir de leurs malheurs). Le rythme s’accélère un peu vers la fin du roman, notamment – comme souvent dans les romans qui mettent en scène des adolescents dans une école – en raison de plans assez rocambolesques organisés par les novices que nous suivons.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment avec ce roman, même si je vois très bien ce que l’on pourrait lui reprocher. Si comme moi les romans qui prennent leur temps ne vous dérangent pas et que les personnages creusés vous attirent : ce premier tome est définitivement pour vous !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *