Les ours mal léchés s'apprivoisent à Noël, un vrai coup de cœur

09/11/2020

Titre : Les ours mal léchés s'apprivoisent à Noël

Auteur : Valentine Stergann

Editions : Hugo Roman

Prix : 7,60€

Parution : 8 octobre 2020

Nombre de pages : 461 pages

Genre : Romance

Résumé : Malgré un quotidien bien huilé, Irène a l'impression de passer à côté de son destin. Alors, quand elle apprend que la vieille amie de sa grand-mère lui lègue sa maison en Angleterre, elle n'hésite pas et saute seule dans le premier avion, direction Charlestown.
À l'aube des fêtes de fin d'année, elle démarre une nouvelle vie avec de nouveaux voisins : un septuagénaire loufoque, une pétillante serveuse... mais surtout Rudolph, solitaire et bourru, veuf depuis deux ans. Aussi attirant qu'agaçant, cet homme des cavernes se maintient tant bien que mal au-dessus des flots grâce à son fils.

.

Si j’ai bien un conseil livresque à donner c’est celui-ci : foncez lire cette romance de Noël ! Elle est tout simplement géniale ! J’ai TOUT aimé ! C’est un joli coup de cœur. 
Comme indiqué dans le résumé, nous suivons ici Irène à un tournant de sa vie important. En effet, rien ne va plus dans sa vie. Elle va alors saisir l’opportunité d’aller vivre dans une jolie petite maison rose dans les Cornouailles afin de tout recommencer à zéro. Ainsi, Irène quitte tout pour se reconstruire ailleurs, loin de ses proches et loin de son quotidien qui ne la rend plus heureuse. Dans les Cornouailles, elle va réapprendre à vivre et surtout réapprendre à aimer…

J’ai été tout bonnement bouleversée par le récit d’Irène. Par bien des aspects, je me suis reconnue en cette trentenaire qui souffre dans son emploi, qui souffre dans sa vie et qui envoie tout balader du jour au lendemain. Elle m’a profondément touché. Sans honte, je l’avoue, j’ai pleuré à certains passages. Irène est un personnage courageux, une battante qui s’est trop souvent cachée derrière une personnalité qui n’est pas la sienne. Par peur du regard des autres ou par peur de se dévoiler aux autres, Irène va s’embourber dans une vie qui ne lui correspond pas. Son caractère un peu foufou, son franc-parler, sa joie de vivre sont tous les aspects de sa personnalité que j’ai appréciés. 
Et Rudolph…. que dire de Rudolph ? A part que c’est un homme qui est touchant dans son deuil, touchant dans sa manière de vivre ou de survivre et dans celle de se reconstruire… Bourru de premier abord, Rudolph va s’ouvrir peu à peu. Leur couple est détonnant mais leur histoire est si naturelle et belle par bien des aspects. Voir évoluer leur relation au fil des pages a été un vrai plaisir pour mon petit cœur de romantique. 

Car des pages, il y en a !! 461 pages pour être précise. Au premier abord, cela peut sembler long pour une romance de Noël. Or, les pages défilent et sont toutes nécessaires afin de construire l’intrigue comme il se doit. Aucune rapidité n’est constatée et cela rend la romance bien plus crédible car Rudolph et Irène prennent leur temps ! Et ça rend le tout plus réel. 
Les personnages secondaires ne m’ont pas laissé de marbre non plus. J’ai adoré Quincy (le fils de Rudolph), Jacod (le papi farfelu), Leila (la meilleure amie nymphomane). Tous ont leurs petites particularités qui les rendent uniques. 
Le texte de Valentine Stergann est bourré d’humour. C’est drôle tout en étant criant de justesse. Le récit est fluide, les mots glissent tout seuls et le tout se lit avec avidité. Car même s’il n’y a pas de grand suspense quant à l’issue de l’histoire, soyons honnête, j’ai eu envie de savoir ce que le destin allait réserver à ces personnages atypiques et attachants. Le paysage des Cornouailles décrit est magnifique, on s’y croirait. 

Le petit plus (qui fera la différence pour certains) est que le récit ne se déroule pas uniquement à la période de Noël comme pourrait le laisser penser le titre. Au contraire, il s’étale sur plusieurs mois dans l’année. Donc pour les anti-romances de Noël cela finira, je l’espère, par vous convaincre de vous lancer. Certes, la magie de Noël reste présente sans être étouffante pour autant. Juste ce qu’il faut… L’auteure dépeint avec une justesse incroyable la reconstruction de ses personnages. C’est émouvant et poignant ! 

.

Éducatrice spécialisée le jour, livrophage la nuit. Je dévore des romans depuis le jour où j’ai appris à lire. Mon genre favori est la romance qu’elle soit historique, fantastique, érotique ou contemporaine. Elle me procure un réconfort indispensable à mon quotidien. J’aime également beaucoup voyager et regarder des films et des séries.
1 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Très touchée par ta chronique, je te remercie du fond du cœur. ❤️

    • Pas de quoi, c'est sincère et amplement mérité. J'avais déjà beaucoup aimé votre plume dans "ras des champs". Hâte de lire d'autres de vos écrits.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *