Provenance d'Ann Leckie

15/11/2020

Titre : Provenance

Auteur : Ann Leckie

Editions : J'ai Lu

Prix : 8,20 €

Parution : 30 septembre 2020

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Science-fiction

Résumé : Ingray Aughskold a tout prévu : 1) libérer Pahlad Budrakim de la planète prison où iæl a été envoyéæ passer le reste de ses jours, 2)læ forcer à révéler où iæl a caché les vestiges garseddaïs dont le vol lui a valu sa condamnation, 3) confier les précieux vestiges à sa mère, Nétano Aughskold, pour assurer à cette dernière un avantage politique décisif, et 4) prouver à sa famille qu'elle est digne d’accéder, le jour venu, à la tête du clan. Mais ce faisant, Ingray va sans le savoir tirer le fil d'une conspiration interplanétaire qui dépasse de loin ses pauvres ambitions...

.

On apprécie généralement découvrir de nouveaux univers de science-fiction. En effet, c’est un certain plaisir qui se crée en tournant la page d’œuvres où l’on sent toute l’implication de l’auteur dans sa création et ce parfois jusque dans des détails qui peuvent paraître si minuscules que la lecture n’en est que plus rafraîchissante. La passion, on la ressent dans l’écriture d’Ann Leckie mais pourtant, il faut avouer que la lecture de « Provenance » nous a laissé sur notre faim, comme si l’on pouvait espérer plus de ce livre que ce qui nous a été donné de lire.

On pourrait peut-être parler de l’entrée trop directe dans l’univers pour être pris par ses tenants et aboutissants, malgré un contexte géopolitique des plus passionnants sur le papier. Bien que la description nous dise que « Provenance » se déroule dans le même univers que « Les chroniques du Radch » mais qu’il peut se lire de façon indépendante, on reste quand même curieux de voir ce qu’aurait donné notre expérience de lecture en ayant entamé auparavant ces Chroniques du Radch tant on sent se perdre par moments dans l’univers d’Ann Leckie.

On ressent même une certaine impression de redite d’autres œuvres du genre, notamment par la gestion d’un personnage principal qui nous aura mis de côté pendant la plus grande partie du roman. Ce n’est pas qu’il n’y a aucune tentative d’empathie dans sa création mais on a la sensation qu’elle pourrait être interchangeable, tout comme certains points narratifs. Cela n’endommage guère les idées originales mais participe à une forme de confusion dans la lecture qui nous laisse au final assez mitigé.

« Provenance » ne constitue pas en soi un mauvais roman et l’on comprendrait que vous en appréciez la lecture par son univers ou d’autres facteurs assez divers. On espère même que votre expérience dans sa découverte sera bien plus positive que la nôtre tant ce livre nous aura laissé avec une certaine amertume, celle de pouvoir découvrir mieux dans cet univers.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *