Délicieuses pourritures - Une fascinante découverte...

14/12/2020

Titre : Délicieuses pourritures

Auteur : Joyce Carol Oates

Editions : J'ai lu

Prix : 6,50 €

Parution : 7 octobre 2020

Nombre de pages : 128 pages

Genre : Roman noir

Résumé : Un campus féminin, dans la Nouvelle-Angleterre des années 1970. Gillian Bauer, vingt ans, brillante étudiante de troisième année, tombe amoureuse de son charismatique professeur de littérature, Andre Harrow. Celui-ci a décidé de faire écrire à ses élèves, et partager en classe, leur journal intime. Et gloire à celle qui offrira son intimité en pâture ! Anorexie, pyromanie, comportements suicidaires...
un drame se noue. En son centre, l'épouse du professeur, énigmatique sculptrice qui collectionne la laideur. Un récit haletant, un roman dense et pervers par l'une des plus grandes auteures américaines de ce siècle.

.

Cela fait des années que j’avais envie de découvrir l’oeuvre de Joyce Carol Oates tant j’en entendais du bien. L’auteure n’est évidemment plus à présenter mais son univers demeure pourtant difficile à catégoriser. On n’est pas plus dans le thriller que dans le roman contemporain, pourtant, Oates oscille merveilleusement entre les deux genres, s’enfonçant toujours plus loin dans cette littérature sombre qui dérange. Je ne sais pas si Délicieuses pourritures était le bon roman par lequel commencer ma découverte mais je remercie dans tous les cas la maison d’édition pour son envoi.

En ouvrant le paquet, j’ai été très étonné par la taille de ce roman qui, pour être honnête, se rapproche davantage du format de la nouvelle. J’avais aussi un peu peur de ne pas réussir à m’immerger complètement dans le récit de par sa longueur. Mais c’était sans compter sur le talent de conteuse de l’auteure qui m’a embarqué dans son univers dès les premières pages.

Plutôt que de parler de l’intrigue, j’aimerais m’attarder un peu sur mes émotions. Je reste en effet persuadé que cette histoire va diviser les lecteurs. Soit vous allez être complètement fascinés, voire hypnotisés par cette intrigue aussi glauque que sensuelle, soit vous allez détester. Il n’y a pas de juste milieu. Et pour ma part, je me situe dans la première catégorie. Ce qui est indéniable en revanche, c’est le style de Oates qui frôle la perfection.

Je ne vais pas en dire plus car moins vous en savez et mieux ce sera pour vous, mais je vous invite fortement à vous pencher sur la bibliographie de l’auteure si vous ne la connaissez pas encore. De mon côté c’est déjà fait et une chronique arrive d’ailleurs très bientôt sur le blog !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *