Enragé : attention à ne pas klaxonner !

18/12/2020

Titre : Enragé

Réalisateur : Derrick Borte

Avec : Russell Crowe, Caren Pistorius, Gabriel Bateman, ...

Genre : Thriller

Durée : 1h30

Nationalité : États-Unis

Sortie : 2020

Résumé : Mauvaise journée pour Rachel : en retard pour conduire son fils à l’école, elle se retrouve coincée au feu derrière une voiture qui ne redémarre pas. Perdant patience, elle klaxonne et passe devant. Quelques mètres plus loin, le même pick up s’arrête à son niveau. Son conducteur la somme de s’excuser, mais elle refuse. Furieux, il commence à la suivre... La journée de Rachel se transforme en véritable cauchemar.

.

Vous qui subissez les moqueries car vous n’avez pas (encore) votre permis ou parce que vous restez encore confiants pour les transports en commun, estimez la chance que vous avez de ne pas être derrière un volant. Déjà que certains conducteurs ont une agressivité qui rend le fait de prendre sa voiture quelque chose d’effrayant, vous ne pouvez pas imaginer le danger que peuvent représenter certaines actions anodines, tel le fait de klaxonner un chauffeur récalcitrant. Il suffit juste d’imaginer que celui-ci est campé par un Russell Crowe un peu, beaucoup, passionnément agressif et vous vous retrouvez dans une série B qui, si elle est assez divertissante, est loin de constituer une sinécure pour son héroïne.

_DSC3756.ARW

Le film part ainsi de cette situation à priori normale pour bon nombre d’entre vous pour orchestrer une action assez violente et un harcèlement qui s’avère assez intéressant pour susciter l’intérêt. Russell Crowe incarne ainsi une forme de brutalité masculine toxique jusqu’à l’excès et dont les propos rappellent des déclarations d’incels par leur misogynie assez crasse. Si la subtilité n’est guère de mise, il faut bien avouer qu’il est amusant de voir l’acteur australien plonger dans un rôle de stalker brutal avec une conviction physique assez forte. La souffrance de Caren Pistorius en face n’en est que plus présente, parvenant à amener une certaine empathie pour un protagoniste évitant plusieurs clichés pour justement exprimer une forme de banalité à laquelle on se raccroche.

Derrick Borte offre donc avec « Enragé » une série B sans grande prétention malgré un générique faisant craindre une certaine lourdeur thématique du style « We live in a society ». Sans que l’impact ne soit des plus mémorables, le film dirige sa narration durant 90 minutes bien rythmées tout en orchestrant une opposition entre une masculinité toxique à l’agressivité destructrice et une femme tout ce qu’il y a de plus banal mais dont l’existence se retrouve à subir un énième rapport de force misogyne. Cela fait le taf et même plus, tout en nous faisant espérer de ne jamais tomber sur un Russel Crowe enragé derrière son volant. Sur ce, n’oubliez pas de conduire prudemment et de vous respecter sur la route, sous peine de subir la colère d’un quasi Boogeyman du volant.

_DSC8240.ARW

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *