La Cour des Ténèbres - Finir l'année en beauté !

31/12/2020

Titre : La Cour des Ténèbres

Auteur : Victor Dixen

Editions : Collection R

Prix : 16,00 €

Parution : 15 octobre 2020

Nombre de pages : 496 pages

Genre : Fantasy/Uchronie

Résumé : " Tu vas t'épanouir à Versailles telle une fleur exotique. Les vampyres du palais raffolent de tout ce qui sort de l'ordinaire. Mais attention : la Cour des Ténèbres a ses codes, ses pièges mortels, et le moindre faux pas s'y paye au prix du sang... "
En l'an de grâce 1715, le Roy-Soleil s'est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l'aristocratie vampyrique.

Trois siècles plus tard, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l'école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ?

.

Ai-je vraiment besoin d’introduire Victor Dixen qui fait sans doute partie des auteurs français les plus populaires. Après le succès de ses sagas Animale et, évidemment, Phobos, il s’est essayé aux one-shots comme Extincta ou encore Cogito, avant de se lancer dans cette fantasy uchronique, Vampyria, dont le premier tome s’intitule La Cour des Ténèbres. Si Victor Dixen est effectivement reconnu dans son domaine, je n’ai pour ma part lu que le premier tome d’Animale (que j’avais moyennement apprécié) ainsi que le premier tome de Phobos (dont je garde un bon souvenir et me demande d’ailleurs pourquoi je n’ai toujours pas enchaîné avec la suite). Dans le cadre de mon partenariat avec la Collection R, j’ai reçu La Cour des Ténèbres il y a quelques semaines non sans une certaine crainte. Pour être honnête, je n’aurais sans doute pas acheté ce roman sans la collaboration avec la maison d’édition. Et comme très souvent, ce sont ces histoires dont on appréhende un peu la lecture qui se révèlent être les meilleures découvertes. Pour ma dernière chronique de l’année, je tenais absolument à vous parler d’un coup de coeur et mon choix s’est donc tout naturellement porté sur le dernier en date. Car oui, La Cour des Ténèbres s’est avéré être une aventure palpitante que j’ai adoré vivre aux côtés de Jeanne et de ces effroyables vampyres. Avant de poursuivre, j’aimerais ainsi remercier la Collection R pour son envoi.

Je l’ai déjà dit dans l’une de mes chroniques précédentes mais on peut officiellement confirmer que l’année 2020 a signé le retour des vampires dans la littérature Young Adult. Pour ma part, j’ai fait les comptes et lu cinq romans mettant en scène ces créatures au sang froid durant l’année, alors que ma dernière expérience en date avec eux remonte à la sortie de Révélation… Et cette redécouverte du mythe dix ans plus tard m’a permis de réaliser quelque chose : je ne suis pas vraiment fan des vampires. Je trouve en effet qu’on a fini par en faire le tour et que personne n’a rien inventé depuis Dracula de Bram Stocker, Salem de Stephen King et Twilight de Stephenie Meyer. Personne à part Victor Dixen avec La Cour des Ténèbres.

Les trois autres auteurs que j’ai cités ont selon moi tous apporté leur pierre à cet édifice qu’est LE mythe du vampire (je ne parle volontairement pas d’Anne Rice dont je n’ai encore rien lu). Et puis les centaines d’autres écrivains qui s’y sont essayé n’ont fait que recopier ce qui a déjà été fait. Contrairement à Victor Dixen qui, sans forcément dénaturer l’essence même de la créature de la nuit (qui dort dans un cercueil, ne sort que la nuit, possède des pouvoirs surnaturels, …), est parvenu à la rendre originale et surprenante.

J’avoue avoir été au départ sceptique en voyant que l’histoire était une sorte d’uchronie où le Roi Soleil a transmuté en vampyre il y a plus de trois cent ans et règne maintenant sur la Vampyria, ce large royaume qui dépasse les frontières de la France et même de l’Europe en tant que Roy des Ténèbres. Et pourtant, dès les premières pages j’ai adoré l’univers de l’auteur qui a su m’envoûter au fil des chapitres.

Les personnages se devaient évidemment d’être charismatiques, car tout vampire qui se respecte doit savoir charmer et capturer sa proie dans ses filets. Et bien que tous les protagonistes de la Cour des Ténèbres ne sont pas des vampyres (loin de là d’ailleurs), ils sont tous extrêmement bien travaillés et intéressants. Chacun d’entre eux m’a surpris au fil de ma lecture, et je sens qu’ils sont loin d’avoir dévoilé tous leurs secrets…

L’intrigue du roman, enfin, en plus d’être très originale, s’est également révélée particulièrement riche et bourrée de rebondissements imprévisibles. Victor Dixen sait comment tenir son lecteur en haleine et une fois de plus il n’a pas manqué de me donner envie de lire « juste un chapitre de plus » avant d’aller dormir. La fin du roman nous laisse d’ailleurs sur un gros suspense et offre une multitude de possibilités quant à la suite. J’ai donc déjà hâte de découvrir le deuxième tome, d’autant qu’un événement en particulier (qu’on appellera « la vision », ceux qui ont lu comprendront) a beaucoup titillé ma curiosité…

Je souhaitais vraiment terminer cette année étrange sur le blog avec une chronique coup de coeur, histoire de donner un peu d’espoir pour 2021. Je suis évidemment conscient que ce n’est pas un livre qui va nous sortir de toute cette histoire (quoique… grâce aux livres notamment, nous les lecteurs introvertis, on ne les a pas si mal vécus ces confinements, n’est-ce pas ?), mais si j’ai pu ne serait-ce que vous donner envie de jeter un oeil sur les premières pages de La Cour des Ténèbres, alors j’aurai déjà gagné. En attendant d’avoir vos retours ici ou ailleurs, je vous souhaite de bien finir cette année malgré tout et surtout, j’espère que vous et vos proches allez bien.

A l’année prochaine !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *