La maison des voix - Une vraie réussite !

13/12/2020

Titre : La maison des voix

Auteur : Donato Carrisi

Editions : Calmann Lévy

Prix : 21,50 €

Parution : 4 novembre 2020

Nombre de pages : 300 pages

Genre : Thriller

Résumé : Un jour, une consoeur australienne lui demande de poursuivre la thérapie de sa patiente qui vient d’arriver en Italie.
Seul hic, c’est une adulte. Elle s’appelle Hanna Hall et elle est persuadée d’avoir tué son frère pendant son enfance.

Intrigué, Gerber accepte mais c’est alors qu’une spirale infernale va s’enclencher : chaque séance d’hypnose révèle plus encore le terrible passé d’Hanna, mais aussi qu’elle en sait beaucoup trop sur la vie de Gerber. Et si Hanna Hall était venue le délivrer de ses propres démons ?

Donato Carrisi est évidemment connu pour sa saga Le Chuchoteur, avec laquelle je l’ai d’ailleurs découvert, mais pas que. Au fil des ans l’auteur, a en effet écrit une dizaine de romans qui méritent tout autant d’être lus par le plus grand nombre. Je pense notamment à La fille dans le brouillard que j’avais adoré il y a quelques années et dont je garde encore un souvenir très net aujourd’hui. Avec le temps, Donato Carrisi est devenu pour moi une valeur sûre, faisant partie de ces écrivains dont j’attends avec impatience chaque nouveau roman. Il était donc évident que je n’allais pas passer à côté de La maison des voix, que j’ai eu la chance de recevoir. Je remercie donc les éditions Calmann Lévy pour leur envoi. 

Comme à son habitude, Donato Carrisi construit ici une intrigue complexe, je dirais même labyrinthique, où plus la lecture avance et moins le lecteur comprend ce qui se passe. Personnellement, je reste fasciné par cette faculté qu’ont certains auteurs à rajouter des éléments plus invraisemblables les uns que les autres au fil de leur récit et répondre néanmoins à chaque interrogation au moment du dénouement. Au final, tout est remis à sa place et on ne peut que s’incliner face au talent d’un grand écrivain.

Je vais volontairement éviter de parler de l’histoire en elle-même, le roman ne faisant que 300 pages, le spoil pourrait vite arriver. Sachez toutefois qu’il s’agit principalement d’un face-à-face entre un psychologue spécialisé dans l’hypnose et sa mystérieuse patiente dont le passé trouble la tourmente…
Qu’est-ce que j’ai aimé cette intrigue ! Dès les premières pages on est pris par le suspense et on ne peut littéralement plus lâcher le bouquin. Plus j’avançais dans ma lecture et plus je voulais savoir ce qui allait se passer. Tout amateur de thrillers adore ce sentiment de se faire balader, de croire savoir et comprendre, et de se faire quand même avoir. Et alors le petit plus de Donato Carrisi, c’est son habilité à faire peur sans forcément recourir au gore ou au sang. Je me souviens tout particulièrement d’une scène que j’ai lue en soirée, seul dans mon salon et suite à laquelle j’étais incapable de bouger tant elle m’avait fait frissonner…

J’aimerais terminer en parlant de la fin qui, une fois de plus, ne déçoit pas. C’est ingénieux, bien trouvé, cohérent. Même si il y a deux, trois hasards heureux, ce n’est pas grave parce que l’auteur maîtrise tellement bien son sujet qu’on se laisse porter avec délectation.
En somme, La maison des voix est un excellent one-shot que je vous conseille de découvrir, surtout si vous ne connaissez pas encore Donato Carrisi. Cela peut également être une idée de cadeau si dans votre entourage vous avez des personnes qui apprécient ces histoires où l’on joue avec leur cerveau, où l’auteur les embrouille jusqu’à la dernière page et où la révélation finale remet tout en place.
Un pur régal.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *