L'homme qui voulut être roi de John Huston

11/12/2020

Titre : L'homme qui voulut être roi 

Réalisateur : John Huston

Avec : Sean Connery, Michael Caine, Christopher Plummer, ...

Genre : Aventure

Durée : 2h09

Nationalité : Grande-Bretagne, États-Unis

Sortie : 1976

Résumé : Les Indes, fin XIXe. Peachy Carnahan et Daniel Dravot, anciens sergents de l'empire britannique et francs-maçons, se lient d’amitié avec un autre frère trois points, le journaliste Rudyard Kipling. Mi-idéalistes, mi-escrocs et toujours prêts de se fourrer dans un guêpier, les deux compères en mal d’action ont décidé de réaliser l’inimaginable : rejoindre le Kafiristan, où nul autre occidental n’a osé pénétrer depuis Alexandre le Grand, et devenir souverains de cette contrée mythique. Un terrible périple s’annonce, parsemé de pièges et de rites ancestraux… Et, qui sait, la fortune et la gloire au-delà de leurs plus belles espérances…

.

L’aventure constitue aux yeux de certaines personnes l’essence même de l’existence, la possibilité d’aller au-delà de ce qui est offert par notre monde pour pouvoir vivre pleinement son destin. Le cinéma a bien sûr immortalisé divers aventuriers, fictifs ou non, et il serait vain de les citer tant on peut être sûr que certains noms vous sont venus directement en tête. Le long-métrage abordé aujourd’hui s’avère donc un titre des plus connus dans le domaine, bien aidé par la réputation de son réalisateur John Huston ou bien son casting avec en vedette Sean Connery et Michael Caine.

En allant vers la découverte d’une terre aux nombreuses promesses, nos héros se situent sur le fil de la volonté de découverte pure et la crainte d’un colonialisme aux dégâts toujours aussi visibles de nos jours. L’écriture parvient justement à maintenir cette orientation en conservant aussi bien l’aspect rêveur de ces personnages que leur soif de pouvoir qui va finir par se retourner de façon dramatique. John Huston illustre cela avec une maîtrise visuelle des plus remarquables, bien aidé par des décors superbes de grandeur. Il parvient à adapter la nouvelle de Rudyard Kipling avec de nombreuses idées, notamment celle d’inclure l’auteur par la présence de Christopher Plummer.

Ici, la volonté de découverte va de pair avec une exploration de l’humain, dans tout ce qui est de plus positif que négatif, notamment par cette orientation narrative qui devient de plus en plus dure à regarder jusqu’à une résolution qui ne peut laisser de marbre. Il est inutile dès lors de souligner à quel point le talent de Sean Connery et de Michael Caine participe à une telle réussite émotionnelle tant les deux acteurs se sont inscrits comme des légendes du septième art qui n’ont rien à prouver. Leur alchimie parvient à amener du cœur dans leur amitié, avec un rapport au pouvoir qui est interrogé avec force et brutalité.

L’édition fournie par Wild Side constitue un bon moyen de se plonger dans pareille œuvre de cinéma, notamment par le biais du livre de 200 pages accompagnant le Blu-Ray et le DVD afin de mieux profiter des richesses de ce long-métrage que cette modeste critique rappelant l’évidence. « L’homme qui voulut être roi » conserve en effet sa couronne de classique et profite d’un joli écrin pour un film spectaculaire, aussi bien par son visuel que par son portrait d’hommes enivrés jusqu’à la lie par leur soif d’appartenance dans le monde.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
1 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *