Greenland : 2020 in a nutshell

28/01/2021

5

Titre : Greenland

Réalisateur : Ric Roman Waugh

Avec : Gerard Butler, Morena Baccarin, David Denman, ...

Genre : Catastrophe

Durée : 2h00

Nationalité : États-Unis

Sortie : 2020

Résumé : Une comète est sur le point de s’écraser sur la Terre et de provoquer un cataclysme sans précédent. John Garrity décide de se lancer dans un périlleux voyage avec son ex-épouse Allison et leur fils Nathan pour rejoindre le dernier refuge sur Terre à l’abri du désastre. Alors que l’urgence devient absolue et que les catastrophes s’enchainent de façon effrénée, les Garrity vont être témoin du meilleur comme du pire de la part d’une humanité paniquée au milieu de ce chaos.

.

La sortie d'un film catastrophe en pleine période de Covid était assez surprenante/judicieuse pour au moins intriguer. Nous avons donc lancé ce Greenland avec des attentes assez basses et, si l'on ne va pas non plus crier au génie face à son approche globale, force est de reconnaître que le long-métrage fonctionne, à défaut de réellement surprendre ou marquer durablement.

Le film de Ric Roman Waugh repose sur la même base de « cellule familiale américaine déstructurée se retrouvant face à une situation qui la dépasse » et il faut bien admettre que, sans révolutionner le genre, il s'y inscrit avec une certaine efficacité et ce tout au long de ses deux heures. L'interprétation repose sur une base narrative assez solide pour fonctionner et amener le divertissement promis.

Les événements s'enchaînent alors sans réel temps mort, accumulant les situations de chaos à un rythme régulier. La division imposée amène une certaine tension et les différentes réactions gravitant autour de nos protagonistes nous confortent qu'en cas de chaos, l'humanité n'hésiterait pas à partir en cacahuète (au cas où l'actualité toujours aussi marquée par la pandémie ne serait pas assez claire sur cette question). Quant à la mise en scène, elle parvient à conserver le ton terre à terre du film avec une certaine touche de spectaculaire sans tomber dans l'effusion gratuite d'un Emmerich.

On comprend donc ce qui a pu plaire au public de ce « Greenland - Le dernier refuge », surtout dans une année assez pauvre en divertissement à grand spectacle vu la situation difficile que l'on subit depuis plusieurs mois. Sans être époustouflés par le film au vu de son inscription peut-être un poil trop classique dans les tropes du genre, il faut admettre que les promesses faites lors de sa promotion sont tenues avec une certaine efficacité. Le rattrapage n'est peut-être pas indispensable mais la satisfaction en fin de visionnage s'avère néanmoins présente, ce qui reste au fond le principal.

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *