Star Tours : l'aventure continue !

02/02/2021

Si l’on peut faire de nombreux reproches à Disney sur la gestion artistique de ses licences, il faut bien admettre que la façon dont l’entreprise les traite dans ses attractions passe par un sens du storytelling rendant l’expérience des plus prenantes. On pense ainsi à « Galaxy’s Edge », perpétuant la mythologie de Star Wars dans une immersion soulignant la nature transmédia de l’univers et cherchant à créer l’évasion totale dans une galaxie fort, fort lointaine. Et si l’on va devoir encore patienter pour pouvoir profiter du résultat dans le parc parisien, profitons-en pour revenir brièvement sur l’attraction ayant fait pénétrer l’univers de Star Wars dans le monde de la souris aux grandes oreilles, surtout dans sa dernière version arrivée il y a quelques années à Paris.

L’immersion commence dès l’entrée dans la file d’attente. On se retrouve ainsi dans cette zone d’embarquement fourmillant de détails, notamment de nombreuses annonces visuelles ou sonores pour les destinations de voyage. Les références sont nombreuses et la grande capacité des files parvient à donner une sensation de vie recherchée avec un gigantisme appuyé par la présence d’une des navettes nouvelles générations de Star Tours. On soulignera également la présence de plusieurs animatroniques. On pense ainsi à celui de C3PO, à la fluidité admirable pour croire au fait que le fameux droïde se retrouve avec nous pour ce qui va être un voyage des plus mouvementés.

En effet, à la façon du Star Tours original, on part d’une situation de transport à priori normale pour se retrouver plongé en plein milieu des aventures des films. Le coup de fraîcheur amené par cette nouvelle version permet de profiter des avancées technologiques en la matière pour créer une sensation plus prenante encore. C’est ainsi que Rex se retrouve abandonné et remplacé par C3PO, que l’image d’un passager va s’afficher pour l’inscrire en tant qu’espion rebelle et, point important pour la revisite, que les voyages s’effectuent de façon aléatoire afin d’offrir un grand nombre d’expériences, le tout profitant des ajouts des derniers films, Dark Vador pouvant laisser la place à Kylo Ren. De quoi donner envie de refaire encore et encore l’attraction sans se lasser.

Mais si l’expérience narrative offre une certaine variété, l’attraction conserve toujours autant de plaisir dans sa technique. Le simulateur parvient à procurer une sensation réjouissante dans sa gestion des effets sans tomber dans une trop grande violence de geste comme peuvent le faire certaines salles 4DX nous laissant avec un dos meurtri par la brutalité des mouvements. On soulignera la multiplicité des effets, prolongeant les possibilités de découverte de l’attraction afin d’éviter la répétition soulignée par le voyage unique de sa version originale. Concernant le visuel, l’utilisation de projecteurs HD 3D de qualité amène à un rendu immersif des images de synthèse proposées. L’agencement réaliste de celles-ci permet une expérience vivante ne souffrant pas du temps qui passe et qui ronge certaines attractions plus datées. On notera que la présence de C3PO permet une gamme plus large de réactions dans ses mouvements qu’un Rex plutôt limité (ce qui n’empêche pas d’avoir encore de l’affection envers lui).

En donnant un coup de neuf à une attraction légendaire par le biais de nouvelles technologies à la pointe de ce qui se fait dans le domaine, Disneyland a su conforter le statut d’immanquable de « Star Tours ». Même les personnes n’aimant pas l’univers créé par Georges Lucas sauront apprécier les efforts mis en place pour faire de cette attraction un moment d’immersion dans un univers riche avec une recherche de profondeur passant aussi bien par la 3D qu’un travail technique des plus admirables. Quant aux fans, ils seront toujours aussi émerveillés au point de n’avoir aucun mal à succomber dans le magasin à la sortie de « Star Tours »…

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *