Ember Queen - Un dernier tome classique

06/03/2021

Titre : Ember Queen

Auteur : Laura Sebastian

Editions : Albin Michel

Prix : 19,90 €

Parution : 21 octobre 2020

Nombre de pages : 570 pages

Genre : Fantasy

Résumé : La conclusion de la trilogie best-seller de Laura Sebastian.

Prisonnière de l'usurpateur de son trône pendant des années, Theodosia a repris sa liberté, ne renonçant à aucune concession, aucun sacrifice. Pendant des années, on lui a imposé une couronne de cendres, mais c'est bien le feu qui coule dans ses veines, le feu de sa mère, le feu d'Astrée.
Aujourd'hui libre, à la tête d'une armée de hors-la-loi, Theodosia n'a qu'une idée en tête : libérer son peuple et reprendre la place qui lui revient de droit.
Pour cela, elle devra affronter la nouvelle Kaiserin, et son pouvoir mystérieux. La nouvelle Kaiserin, celle qui a un jour été sa propre soeur...

.

J’ai découvert le premier tome de cette trilogie il y a trois ou quatre ans et je me souviens qu’à l’époque, Ash Princess avait fait pas mal de bruit dans les pays anglophones. De mon côté, j’avais passé un moment de lecture agréable mais sans plus, tout en étant suffisamment intrigué par la fin pour lire la suite. Lady Smoke, le deuxième tome, s’était révélé un peu décevant mais à l’image du premier, l’auteure avait su créer un cliffhanger complètement inattendu qui a relancé l’intrigue ainsi que mon intérêt pour l’histoire. Et puis pour le coup j’avais vraiment très envie de lire Ember Queen ! Une envie qui s’est estompée au fil des mois car je crois justement qu’il s’est écoulé trop de temps entre la parution des tomes, au point où je ne me souvenais quasiment de rien lorsque j’ai reçu le dernier. Et même si la pandémie n’est pas pour rien dans ce retard, je dois avouer que l’excitation que j’avais ressentie à la fin de Lady Smoke n’était plus vraiment là… Avant de détailler mon avis, j’aimerais néanmoins remercier les éditions Albin Michel pour leur envoi.

Je crois que le plus gros « problème » que j’ai rencontré au cours de ma lecture, c’est son manque d’originalité. Contrairement aux deux premiers tomes, j’ai en effet trouvé que les événements d’Ember Queen étaient très prévisibles, en grande partie parce qu’ils faisaient partie de la trame narrative classique d’un dernier tome d’une trilogie fantasy young adult. J’ai notamment beaucoup pensé à The Kiss de Marie Rutkoski, aussi bien au niveau du développement des personnages que de l’intrigue, même si les deux histoires demeurent complètement différentes.

Ember Queen n’est, en soi, pas un mauvais roman. D’après les notes et les avis sur Goodreads, il semblerait même qu’il s’agisse d’une conclusion très appréciée par la grande majorité des lecteurs. Simplement, je me suis un peu lassé de ces histoires qui se ressemblent toutes. Et même si la saga avait du potentiel, je trouve que l’auteure ne l’a pas assez exploré, se contentant de tirer les mêmes ficelles que d’autres avant elle. Je reconnais toutefois le risque qu’a pris Laura Sebastian avec son antagoniste principal. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler ceux qui ne l’ont pas encore commencée, mais s’il y a une chose qui m’a plu dans cette trilogie, c’est l’évolution flagrante des personnages entre le premier et le dernier tome. 

En somme, j’aurais tendance à recommander cette trilogie à ceux qui ne sont pas très familiers avec le genre et souhaitent le découvrir. En revanche, si comme moi vous êtes déjà un lecteur de fantasy aguerri, passez votre chemin car vous allez rester sur votre faim !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *