Les incendiaires de R. O. Kwon

09/03/2021

Titre : Les incendiaires

Auteur : R.O. Kwon

Editions : Presses de la Cité

Prix : 20,00 €

Parution : Janvier 2021

Nombre de pages : 240 pages

Genre : Drame

Résumé : Phoebe et Will se rencontrent dans une prestigieuse université. Elle, d'origine coréenne, est une fille solaire qui va de fête en fête mais se reproche en secret la mort de sa mère. Lui, étudiant en théologie, a perdu la foi et galère pour aider la sienne, endettée et malade. La perte est au coeur de leurs vies respectives, mais une chose est sûre : Will aime Phoebe.Rattrapée par le chagrin et la culpabilité, la jeune femme perd pied et intègre un groupe fondé par un homme aussi énigmatique que son passé est trouble. Et quand ses membres commencent à s'investir de façon de plus en plus violente dans la lutte anti-IVG, Will doit se battre contre un fanatisme qu'il croyait avoir laissé derrière lui..

.

La formule de roman coup de poing aura peut-être été galvaudée par son usage un brin trop répété (notamment pour nous), mais c’est la première chose à laquelle fait penser « Les incendiaires » au moment de taper ces quelques lignes. Le roman de R.O. Kwon fait ainsi mal, très mal, notamment en suivant la dégradation d’un couple sur fond de manipulation fanatique dévastatrice à tous les niveaux. Certains chapitres nous étouffent même, notamment lors d’une scène pivot dont la douleur nous a poussé à poser quelques minutes le livre pour mieux reprendre sa lecture.

La façon dont l’autrice chapitre son récit amène ainsi beaucoup dans la descente des personnages. Partant de trois points de vue différents, R.O. Kwon nous fait ressentir la détresse de Phoebe par des instants de plus en plus réduits, marquant son isolement émotionnel de façon graduelle. Elle parvient ainsi à amener une humanité en souffrance, confrontée à une perte de repères due à une foi si poussée qu’elle ne peut qu’amener la chaos et surtout l’abandon total. Pas étonnant alors que l’on se sente totalement vidé une fois que l’on referme ce roman tant sa lente descente ne fait que mieux nous prendre à la gorge sans jamais nous lâcher.

« Les incendiaires » est donc un roman passionnant mais qui fait mal, notamment dans ce qu’il éveille dans une société se repliant vers des valeurs du passé rétrogrades, tout en mettant en face à face la destruction du soi dans la religion et celle du couple jusqu’au point de non-retour. On ne sait pas si on sera prêt pour le prochain roman de R.O. Kwon mais on sera impatient de le découvrir au vu de son style aussi incandescent que le bâton de dynamite qui n’attend qu’à exploser, qu’importent les dégâts occasionnés au passage.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *