Bearmouth de Liz Hyder

06/04/2021

Titre : Bearmouth

Auteur : Liz Hyder

Editions : De La Martinière Jeunesse

Prix : 17,00 €

Parution : Février 2021

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Drame

Résumé : Des kilomètres de tunnels, de la roche, des tonnes de charbon... Crapouille ne connaît rien d'autre. Il a grandi dans les mines de Bearmouth, où la lumière du soleil n'est qu'un très lointain souvenir et où les travailleurs doivent obéir au Maître sans broncher. Crapouille a toujours marché au pas. Ses seuls moments d'évasion, il les vit avec son ami Thomas qui lui apprend à lire et à écrire. Mais sa vie va être bouleversée le jour où Desmond arrive à Bearmouth. C'est un drôle de garçon qui lui fait très peur, avec ses idées de révolution et de liberté. Et si Desmond avait raison ? Et s'il y avait une vie pour Crapouille, en dehors de la mine ? Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'on ne quitte pas Bearmouth comme ça. Pas sans mettre le feu aux poudres...

.

Dès son entame, « Bearmouth » déstabilise par un choix dans la narration qui risque de faire reculer certains lecteurs. En effet, en adoptant le point de vue de Crapouille, enfant forcé de travailler dans la mine pour survivre, Liz Hyder décide de montrer son éducation peu travaillée avec un grand nombre de fautes d’orthographe. Il faut donc s’accrocher par instants car, si le choix s’avère pertinent dans la caractérisation du personnage et le fond de son histoire, il faut bien admettre que cela perturbe énormément le rythme de notre lecture. Pourtant, ce serait dommageable de s’arrêter sur ce point.

Liz Hyder trouve dans son histoire un regard violent sur le travail des enfants, et plus généralement sur la violence qui s’abat sur eux pour une question d’avidité déshumanisée. Certains instants sont surprenamment violents et certaines phrases résonnent autant comme des coups de poing pour nous que pour Crapouille. Son regard apporte une touche de réalisme et dramatique qui rend les événements encore plus conséquents, tout en dressant un portrait brutal d’une époque qui ne semble pas si révolue que ça vu la manière dont cette violence s’est adaptée autrement.

« Bearmouth » est loin d’être une lecture facile mais que cela ne vous empêche pas de lui donner une chance au vu de tout ce qu’elle a à offrir. Liz Hyder nous offre un récit qui fait du mal mais en vaut largement la peine. Célébrant l’écriture et l’éducation en opposition à une transformation de l’être humain en simple outil interchangeable, « Bearmouth » est une découverte plus que recommandable.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *