Dear Evan Hansen de Val Emmich, Steven Levenson, Benj Pasek et Justin Paul

03/04/2021

Titre : Dear Evan Hansen

Auteur : Val Emmich, Steven Levenson, Benj Pasek et Justin Paul

Editions : Bayard

Prix : 16,90 €

Parution : Mars 2021

Nombre de pages : 350 pages

Genre : Comédie, Drame

Résumé : Evan Hansen a toujours eu du mal à s'intégrer. Il n'a pas d'ami, ne parle à personne à part sa mère et son psy. Ce dernier lui confie un exercice quotidien : s'écrire des lettres. Seulement, Connor, un de ses camarades de classe lui en dérobe une. Quelques heures plus tard, il est retrouvé mort. Le jeune homme s'est suicidé.
Découvrant la lettre dans sa poche, les parents de Connor pensent qu'elle a été écrite par Connor, pour Evan, et vont être ravis de découvrir que, malgré tout, Connor avait un ami, qui a tenté de le sauver.
Cela fait du bien à Evan de se sentir utile et aimé, alors, bientôt, il s'enfonce dans une spirale de mensonges dans laquelle il ne peut plus sortir... Et en un instant, la vie solitaire d'Evan change. Il n'est plus invisible.

.

Il y a des sujets qui feront toujours mal, quoi qu’il advienne, et le suicide en fait sans conteste partie. Il faut donc savoir aborder cela de manière contrôlée pour éviter de tomber dans l’insensible. Heureusement, ce terme doit être le dernier que l’on pourrait utiliser pour décrire ce « Dear Evan Hansen » car même quand il prend des orientations narratives compliquées, c’est avec talent que le livre les aborde.

Le roman capte ainsi toute la lourdeur de l’événement par le biais d’un regard d’adolescent coincé dans son existence. Il le fait avec nuance, sans jugement, et avec une douceur qui rend certains instants plus douloureux que d’autres. On comprend tout à fait les doutes du personnage par rapport à l’incompréhension au cœur de la narration tout en abordant par un autre regard le drame de cette famille en deuil.

Se dessine alors la question de comment appréhender un être aimé perdu mais pas réellement connu. La manière dont chacun cherche à élaborer ses souvenirs et à lui conférer une image dont il ne dispose sans doute pas s’avère déchirante, tout en conservant son regard adolescent sur le tout. Il y a donc une certaine tristesse qui se découvre au fur et à mesure des pages, le tout avec une large gamme de couleurs émotionnelles qui rend cette lecture inarrêtable.

« Dear Evan Hansen » constitue typiquement le genre de lecture que l’on a du mal à arrêter tant sa façon de traverser nos émotions se fait avec subtilité et éclat, dans une œuvre tout bonnement réussie. On ne peut s’empêcher de se retrouver entièrement sous son charme doux amer qui ne nous lâche pas, et ce bien après avoir tourné sa dernière page.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *