Félicratie de H. Lenoir

26/04/2021

5

Titre : Félicratie

Auteur : H. Lenoir

Editions : Sarbacane

Prix : 18,00 €

Parution : Mars 2021

Nombre de pages : 342 pages

Genre : Science-fiction

Résumé : Une comédie parodique et post-apocalyptique avec des chatons et des extraterrestres ? Alien vs Mad Max vs The Walking Dead vs Idiocratie ? «Je m'appelle Yacine, j'ai 16 ans et mon boulot, c'est animal domestique pour extra-terrestres. Parce qu'ils ont gagné, ces couillons. Ils ont envahi la Terre. Et comme leur seul point faible, ce sont les poils de chat, ben croyez-moi qu'on n'a pas le cul sorti des ronces.» Suivez les aventures post-apocalyptiques de Yacine, Rose, Diego et leurs cinq adorables chats armes mortelles à travers les égouts de Paris, la forêt de Sologne et l'espace suborbital ! Sauveront-ils la planète des terribles Smnörgasiens ? Yacine retrouvera-t-il sa dignité et un pantalon digne de ce nom ? Diego avouera-t-il être – comme tout le monde le soupçonne – un assassin professionnel ? Rose deviendra-t-elle encore plus badass qu'elle n'est déjà ? Seul l'avenir répondra à ces questions existentielles... Une comédie post-apocalyptique à la fois hilarante, effrayante, émouvante...

.

Le postulat de base est d'une absurdité qui ne peut que motiver sa lecture. Comment en effet mêler autant invasion extraterrestre avec comme point faible ces boules de poils que constituent les chats ? En ce sens, l'équilibre est fragile et trouve parfois difficilement sur quel pied danser. On pense ainsi à la division en chapitres qui sont autant de sous-genres de science-fiction, référencés par des jeux de mots mais ayant du mal à embraser totalement ces variations de style.

En ce sens, l'écriture souffre un peu de ce déséquilibre tonal et nous fait poser plusieurs questions sur l'univers développé par l'auteur. Après, nous sommes loin de crier à la catastrophe tant on n'a pas boudé notre plaisir devant certains chapitres, étonnamment plus dans sa gravité que dans l'aspect humoristique vendu. On sent en ce sens le lien fort entre nos deux narrateurs et on suit les intentions de l'intrigue mais au final, celle-ci nous a laissé un poil trop perplexe pour décrire le roman comme une franche réussite.

Il y a à boire et à manger dans « Félicratie », inégal sur sa gestion émotionnelle et sur son traitement narratif mais intéressant par le biais de certaines scènes et de ses protagonistes. On vous laissera donc juger au mieux de la qualité du roman qui nous a laissé certes dans une sensation mitigée mais qui devrait trouver sans problème une certaine audience par ses qualités assez évidentes.

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *