Balto, le dernier des Valets de Cœur - Bienvenue en 1920

13/05/2021

5

Titre : Balto, le dernier des Valets de Cœur

Auteur : Jean-Michel Payet

Editions : L'école des Loisirs

Prix : 15,50€

Parution : 17 juin 2020

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Historique, Jeunesse

Résumé : Qui a tué Timoléon Escartefigue, modeste réparateur de vélos du boulevard des Batignolles à Paris ? Que s'est-il passé sur le front, en pleine guerre de 14, dans les décombres d'une maison en ruine ? Qu'est devenu Victor, le condamné à mort qui a disparu avant son exécution ? Quel secret cache Émilienne Robinson, jeune journaliste fraîchement engagée au journal L'Excelsior ? Et pourquoi, dans ce Paris de 1920, alors que la guerre est terminée, d'anciens poilus sont-ils assassinés les uns après les autres ? Et par qui ? Balto, qui vit dans la Zone, cette bande de misère entourant la capitale, va devoir enquêter afin de prouver l'innocence de son frère Victor. Pour cela, il lui faudra découvrir qui est le dernier des Valets-de-Cœur... avant qu'il ne soit trop tard.

.

Je dois bien avouer que je n’avais jamais rien lu de Jean-Michel Payet. Pourtant, dès lors que l’on regarde les romans qu’il a à son actif, on pourrait se dire que c’est pile dans ce que j’ai l’habitude de lire ! En effet, en me renseignant un peu sur ce qu’il avait déjà écrit, j’ai pu noter l’un ou l’autre titre qui m’ont fait de l’œil, comme par exemple Mademoiselle Scaramouche qui a l’air d’être un roman de cape et d’épée se déroulant à la cour du Roi Soleil, ou encore Aerkaos, un cycle de romans sur la puissance des livres. L’un dans l’autre, Jean-Michel Payet a l’air d’écrire pile ce que j’aime : de la jeunesse, de l’historique et de la fantasy… Avec ça, que demander de plus ? Je me suis donc lancée à la découverte de sa plume en commençant par un roman au titre bien mystérieux : Balto, le dernier des Valets de Cœur.

Dans ce roman, on suit le jeune Batlhazar – Balto – dans le Paris des années 20. La capitale et ses habitants sont marqués par la guerre et ses conséquences. Pour Balto, la chose est doublement, voire triplement compliquée : il vit dans la Zone, un bidonville aux portes de Paris. Pour trouver à manger, il n’est pas contre voler l’une ou l’autre chose par-ci, par-là, et enfin et surtout, il est surveillé d’assez près par la police puisque son frère s’est enfui du front après avoir été condamné à être exécuté pour lâcheté. Mais Balto sait ce dont son frère est capable et il ne croit pas une seconde à cette condamnation. D’ailleurs, son frère s’arrange régulièrement pour lui faire passer des messages discrètement et lui donner des nouvelles, preuve s’il en fallait que c’est un homme bien. L’histoire commence d’ailleurs alors que Balto reçoit un petit message de son frère (caché dans une miche de pain) lui indiquant de se rendre à une adresse à une heure et une date convenues. Mais lorsqu’il s’y rend, pas la moindre trace de Victor. Pire encore, Balto découvre le corps sans vie d’un homme qui vient d’être assassiné, et sur place se trouve déjà une journaliste qui ne manque pas de le photographier…

Ce roman m’a tout d’abord paru assez déroutant, dans la mesure où l’auteur ancre réellement ses personnages dans leur époque, à savoir le Paris des années 20. La langue utilisée ne parlera donc pas nécessairement à tous les lecteurs du premier coup. Pour moi c’est un vrai point fort du roman puisque ça lui donne une couleur différente d’autres romans historiques destinés à de jeunes lecteurs, mais je dois bien avouer que ça m’a tout d’abord surprise.

J’ai aimé suivre les aventures de Balto et d’Emilienne qui remontent ensemble la piste de Victor pour des raisons très différentes : notre héros veut bien sûr prouver l’innocence de son frère, quant à Emilienne, elle espère bien plutôt prouver le contraire. Ils travaillent cependant main dans la main dans l’espoir d’arriver à trouver le fin mot de l’histoire qui les mènera sur la route des Valets de Cœur, une petite bande de poilus devenus amis pendant les affres de la guerre.

J’ai trouvé les personnages hauts en couleur, l’auteur place une attention toute particulière à leur donner un langage différent en fonction de leur origine sociale et de leur âge, ce qui contribue vraiment à les rendre très vivants. Le lecteur voyage aussi par différents décors parisiens de la Zone où vit Balto aux beaux quartiers, en passant par le Montmartre de l’époque qui fourmille d’atelier d’artistes.

Je vous recommande cette lecture si vous aimez – ou souhaitez découvrir – la période de l’Entre-Deux-Guerres et que vous aimez les petites enquêtes et les personnages pas tout à fait en règle avec la loi. Le second tome sort le mois prochain il me semble, mais rassurez-vous, l’enquête commencée ici est bien terminée à la fin du roman et on a toutes les réponses à nos questions. Je pense que la suite mettra simplement en scène notre fine équipe peut-être sur les traces d’un nouveau mystère !

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *