Horreur à Arkham - La colère de N'Kai de Josh Reynolds

19/05/2021

5

Titre : Horreur à Arkham -La colère de N'Kai

Auteur : Josh Reynolds

Editions : 404 éditions

Prix : 17,00 €

Parution : Mars 2021

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Thriller, Fantastique

Résumé : Nouvelle-Angleterre, 1920. La comtesse Alessandra Zorzi, aventurière et voleuse internationale, arrive à Arkham à la recherche d'un corps récemment exhumé d'une montagne en Oklahoma. Un corps étrange, singulier et aux origines mystérieuses... Mais alors qu'elle s'apprête à voler le cadavre, quelqu'un s'en empare avant elle ! S'ensuit une impressionnante course-poursuite dans le bâtiment de la Société historique d'Arkham, qui réserve bien des surprises à Alessandra : elle est entraînée dans une aventure surnaturelle bien au-delà de tout ce qu'elle aurait pu imaginer ! Coincée entre son mystérieux client, la police et une organisation d'experts nécrophages, Alessandra se retrouve sur la piste d'une momie ressuscitée et de l'horrible créature qu'elle s'apprête à mettre au monde...

.

Il peut paraître compliqué de débarquer dans un roman tiré d'un univers que l'on connaît peu, voire pas du tout. Ce fut notre cas en nous lançant dans cet « Horreur à Arkham - La colère de N'Kai ». Néanmoins, Arkham nous rappelait la lecture de romans de Lovecraft, auteur de légende déjà abordé sur ce site. Difficile dès lors de ne pas être curieux, même sans expérience dans l'univers original. Heureusement pour nous, le récit trouve son propre intérêt, notamment par la présentation de son héroïne. Alessandra Zorzio dispose en ce sens d'une certaine force de caractère, appuyée par le personnage de Pepper, qui lui permettra de faire face aux événements du récit.

Plus proche du thriller fantastique que de l'horreur, on sent quand même que la plume de Josh Reynolds essaie de s'inscrire dans des récits lovecraftiens sans réellement tomber dans une copie du genre. Il en sort un certain rythme dans la narration qui nous permet de ne jamais réellement s'ennuyer tout au long de sa lecture. Certes, on peut ressentir un manque de souffle dans certains chapitres, mais sans que cela ne soit réellement préjudiciable de manière globale. Le récit aurait pu trouver le moyen d'appuyer plus sur certaines idées mais sa gestion tonale provoque un intérêt qui ne diminue jamais, bien au contraire.

De cette façon, « La colère de N'Kai » nous aura donné envie de plonger un peu plus dans cet univers ainsi que de tenter une partie de ce jeu de société. On pourra donc remercier 404 éditions pour cet envoi tant la maison d'édition a le truc pour nous pousser à la découverte d'univers pop culturels que l'on ne connaît personnellement pas. On espère alors que les fans de « L'Horreur d'Arkham » trouveront également un plaisir au moins aussi équivalent que le nôtre devant ce livre.

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *