Judas and the Black Messiah

27/05/2021

5

Titre : Judas and the Black Messiah

Réalisateur : Shaka King

Avec : Daniel Kaluuya, Lakeith Stanfield, Jesse Plemons, ...

Genre : Drame

Durée : 2h06

Nationalité : États-Unis

Sortie : 2021, sortie digitale en Belgique depuis Avril

Résumé : Focus sur l'ascension de Fred Hampton, militant politique afro-américain, membre du Black Panther Party dans l'Illinois, décédé en décembre 1969 à l'âge de vingt-et-un ans.

.

Dire que « Judas and the black messiah » sort dans une période troublée des États-Unis serait finalement ignorer que le racisme du pays ne fait que prospérer encore et encore avec autant de morts et de douleur au gré des années. Il reste toujours néanmoins passionnant de voir pareil film au vu de sa résonnance contemporaine toujours aussi pesante par l'actualité du pays. Ancré dans une volonté de réalisme respectueuse de la nature des événements (comme lors de sa scène d'assassinat, d'une dureté qui fait extrêmement mal), le film de Shaka King parvient à prendre aux tripes lors de certaines séquences. Si on aurait pu demander un peu plus d'audace visuellement, il faut bien reconnaître que la réalisation parvient au mieux à se mettre au service de l'histoire pour frapper aux meilleurs moments. En ce sens, le tout fonctionne admirablement bien.

L'implication du public parvient également à se faire par le biais de ses deux acteurs principaux, Lakeith Stanfield et Daniel Kaaluya. Ce dernier, justement récompensé d'un Oscar pour sa prestation, se révèle toujours aussi charismatique dans une prestation où il apporte beaucoup de cœur. La façon dont la tension se crée avec une certaine discrétion se révèle alors intéressante car cherchant plus à brosser ses personnages par cet aspect que de réellement faire sentir une menace au sein de son mouvement. On sait l'existence du danger pesant sur ses protagonistes, l'actualité nous le rappelant au quotidien. On sait que cette histoire ne va pas bien se terminer, ne pouvant connaître qu'une conclusion baignée dans des larmes et du sang. C'est par cela que le film trouve une implication émotionnelle forte par l'amertume permanente véhiculée et qui ne nous lâchera pas une fois le générique de fin terminé.

D'une rigueur narrative aussi forte que l'âpreté de ce qu'il fait ressortir, « Judas and the black messiah » constitue un titre passionnant par ce qu'il parvient à esquiver pour mieux mettre en avant son récit et ses implications actuelles. On pourra se remercier de voir pareils titres être créés au vu de tout ce qu'ils portent en charges politiques, le tout porté aussi bien par son casting de qualité qu'un réalisateur plutôt prometteur. Il ne fait aucun doute que la carrière de Shaka King sera à suivre dans les prochaines années, surtout s'il parvient à apporter toujours autant de coups dans ses futurs films.

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *