Le Paris des animaux de Julien Baer et Sébastien Mourrain

01/05/2021

Titre : Le Paris des animaux

Auteur : Julien Baer et Sébastien Mourrain

Editions : Hélium

Prix : 14,90 €

Parution : Mars 2021

Nombre de pages : 40 pages

Genre : Humour

Résumé : Partez à la découverte des adresses tendances ou emblématiques du Paris secret des animaux. Entre clins d'oeil raffiné de l'illustration et poésie surréaliste, une lecture devinettes qui sollicite l'imagination, et se savoure entre petits et grands.

.

On n’estimera pas assez le plaisir que peut procurer un livre jeunesse après une longue journée. Il suffit d’une proposition pétillante pour éclaircir une humeur maussade, un instant de poésie sous la pluie du quotidien. Bien évidemment, c’est exactement ce genre de titre auquel on fait face avec « Le Paris des Animaux », compilation d’images à tendance humoristique avec la légèreté d’une bulle, mais également son aspect éphémère avec son petit nombre de pages (une quarantaine).

Chaque page représente ainsi un lieu existant au dehors des attentes de la capitale française, une réappropriation de la ville par des animaux qui vivraient en harmonie avec nous. Le décalage qui se crée par ce moyen est assez piquant et offre une dose de poésie burlesque qui est des plus plaisantes, bien aidée par les illustrations de Sébastien Mourrain. Ces lieux s’inscrivent dans un commun si quotidien, si normé, que ce basculement offre une rupture brusque, retransformant les habitudes pour une autre direction qui y trouve sa verve loufoque.

Ce « Paris Inconnu » introduit à la première page par Julien Baer offre alors un moment de rêverie, une promesse d’autre univers dans celui le plus connu. Il s’en dégage une envie de découverte et de se balader à Paris ou dans toute autre ville que l’on ne connaît que trop bien pour mieux s’imaginer les histoires qui pourraient en découler, comme si des éléphants pouvaient fréquenter tel café ou des autruches tels lieux culturels. Dans une période où l’on a plus connu le renfermement pour causes sanitaires, cette proposition devient quasiment essentielle pour envisager un retour vers l’extérieur et y recréer ses habitudes en se laissant aller dans les rêveries d’un ailleurs possible.

« Le Paris des animaux » n’a comme unique défaut que d’être trop court tant il nous enferme dans une bulle où l’impossible existe, où les animaux fréquentent la ville avec la même assiduité quotidienne que nous et où les rêveries se créent de façon si douce et saugrenue. C’est léger et amusant et on se dit qu’on aimerait bien visiter certains de ces lieux, surtout quand on est en quête de cette réouverture vers l’extérieur.

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *