Mon frère Robert Johnson : dans l'intimité de la légende du Blues d'Annye C. Anderson

05/05/2021

5

Titre : Mon frère Robert Johnson : dans l'intimité de la légende du Blues

Auteur : Annye C. Anderson

Editions : Rivages

Prix : 19,00 €

Parution : Mars 2021

Nombre de pages : 176 pages

Genre : Témoignage, Histoire, Musique

Résumé : On connait tous les histoires qui courent autour de l’auteur de « Dust My Broom », « Sweet Home Chicago » ou « Love In Vain ». Son pacte avec le diable, une nuit de pleine lune, en échange de dons musicaux exceptionnels. Ou sa mort tragique et prématurée, à vingt-sept ans, empoisonné par un mari jaloux. Tout cela appartient aux contes et légendes qui entourent un personnage devenu avec le temps un véritable mythe nimbé de mystère, une sorte de Rimbaud du blues. Mais personne au fond ne sait pas grand-chose de sa vie. Annye C. Anderson, demi-sœur de Robert Johnson, a côtoyé le bluesman pendant de nombreuses années, durant sa jeunesse. Elle en livre, tout au long des pages de cet ouvrage, un portrait intime absolument inédit, truffé d’anecdotes et de détails sur sa famille, sur ses nombreuses influences, ses goûts culinaires ou vestimentaires, et bien sûr ses performances musicales, dans la région du Delta, et surtout du côté de Memphis, la ville où il habitait.

.

Les hasards des partenariats font qu'il nous arrive de temps en temps de recevoir un livre non demandé mais d'y jeter un œil par la curiosité littéraire qui nous habite. En ce sens, celle-ci se retrouve récompensée dans la lecture de « Mon frère Robert Johnson : dans l'intimité de la légende du Blues ». On a beau ne rien connaître de ce genre musical et encore moins de Robert Johnson, il est dur de ne pas être touché par le portrait qui en est dressé ici par sa sœur.

L'ensemble de souvenirs qui s'y dessine dresse le portrait d'une certaine Amérique, celle devant survivre à son racisme internalisé, et d'un genre musical qui parvient à capter toute la douleur inhérente à cela. Mais tout en gardant un regard assez global, le livre ouvre un regard intime sur cet artiste qui se dévoile par un regard aimant et rempli de vérités ainsi que d'émotions. On sent une fragilité dans les propos d'Annye C. Anderson, que ce soit dans son long témoignage ou cet entretien clôturant le livre.

Si, comme l'auteur de ces lignes, vous ne connaissez rien à l'univers musical dépeint ici ou de l'artiste qui se dévoile ici, « Mon frère Robert Johnson : dans l'intimité de la légende du Blues » devrait permettre d'y pénétrer avec une émotivité certaine. On imagine alors l'objet passionnant que cela doit constituer pour les amateurs, bien que le livre se suffise par le portrait meurtri qui se dresse entre figure de la musique blues et toute l'histoire relative à ce genre. On remerciera donc Rivages de nous avoir envoyé par erreur ce livre car sa lecture en fut des plus intéressantes.

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *