Atlantide l'Empire perdu : l'aventure et ses contradictions

16/06/2021

5

Titre : Atlantide l'Empire perdu

Réalisateur : Kirk Wise, Gary Trousdale

Avec : Michael J. Fox, James Garner, John Mahoney, ...

Genre : Aventure

Durée : 1h35

Nationalité : États-Unis

Sortie : 2001

Résumé : Milo James Thatch, un cartographe et linguiste spécialiste en dialectes anciens, travaille sans relâche au sous-sol d'un musée. Comme jadis son grand-père explorateur, il souhaite découvrir l'Atlantide, la légendaire cité perdue. Il reçoit alors la visite de Preston B. Whitmore, un millionnaire excentrique. Ce dernier a en sa possession un mystérieux manuscrit révélant l'emplacement de l'Atlantide et que seul Milo peut déchiffrer. Grâce au financement de Whitmore, celui-ci embarque dans un immense sous-marin et se joint à une équipe d'audacieux explorateurs avec à son commandement le Capitaine Rourke. L'expédition sous-marine s'annonce fructueuse grâce aux indications fournies par le manuscrit. Ce qu'ils découvriront changera leur existence pour toujours.

.

« Atlantide : l'Empire Perdu » fait partie de ces Disney perdus entre deux générations en or, cette période où le studio aux grandes oreilles multiplie les tentatives diverses, quitte à connaître de nombreuses déconvenues (cf les problèmes de production derrière « Kuzco »). Pourtant, le film connaît peu à peu une certaine réhabilitation, certes marquée par les polémiques (notamment les rumeurs de réappropriation de Disney de « Nadia et le secret de l'eau bleue »), mais permettant au dessin animé d'être un peu plus apprécié. Et s'il est bien aidé entre autres par la nostalgie d'une certaine génération biberonnée à cette vague Disney, il faut bien admettre qu'il y a de quoi largement le distinguer dans le catalogue du studio.

Inspiré par Jules Verne, « L'Atlantide » offre une envie d'aventure qui parvient à se perpétuer tout au long de sa durée. Cela passe par la naïveté contagieuse du héros, Milo Thatch, et ses rêves d'enfin accomplir les ambitions de son grand-père et découvrir la fameuse cité perdue. Cette joie apparente se retrouve également dans une caractérisation simple mais reconnaissable dans l'écriture de ses personnages secondaires, vite appréciés malgré le peu de temps dont ils disposent. En ce sens, tout est là pour passer un bon moment jouant sur des esthétiques prenantes visuellement et offrant de magnifiques tableaux.

Néanmoins, le film n'ignore pas une problématique souvent oubliée dans le genre d'aventure du passé. En effet, on finit par découvrir que cette exploration, vendue sur une simple volonté de découverte scientifique, se fait parasiter par la destruction capitaliste et colonialiste. De quoi réévaluer la façon dont une société économiquement marquée n'hésite pas à amener le chaos aveugle et brutal par simple intérêt, et ce qu'importent les dégâts occasionnés. Cette lecture se fait certes avec une certaine simplicité vu le format du film mais parvient à l'enrichir d'un certain message qui n'ignore pas les ravages causés par une forme d'idéologie manipulatrice.

La lutte qui se crée alors entre Milo et Rourke peut dès lors être vue comme l'affrontement entre la volonté optimiste d'aventure sincère et celle cynique ne cherchant qu'à l'enrichissement personnel. On peut même y lire une opposition entre deux formes de masculinité, une plus sensible et une autre plus virilisée, symbole de cette agressivité ne pouvant amener que la catastrophe.

Visuellement splendide et riche thématiquement, « L'Atlantide l'Empire Perdu » constitue peut-être un des films les plus intéressants du catalogue animé de Disney, accentué par son esthétique et ses tons différents, preuves d'une période compliquée pour le studio. Dans une période où celui-ci tombe dans une certaine paresse esthétique, voir que pareil film a pu exister permet de mieux croire en ses possibilités, avec peut-être cette même insouciance optimiste qu'un Milo Thatch.

.

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *