Frère Wulf, tome 1: l'enlèvement de l'Épouvanteur de Joseph Delaney

03/06/2021

Titre : Frère Wulf, tome 1: l'enlèvement de l'Épouvanteur

Auteur : Joseph Delaney

Editions : Bayard Jeunesse

Prix : 14,90 €

Parution : Mai 2021

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Fantasy

Résumé : « Tu as pu constater à quel point il est dangereux de m'accompagner, et il te manque certaines compétences pour rester dans une relative sécurité face à l'obscur. Par chance, tu possèdes l'essentiel de ce qu'il faut à un apprenti épouvanteur. À l'époque où je cherchais un secrétaire, le prieur m'a assuré que c'était inscrit dans les archives du monastère : tu es le septième fils d'un septième fils. »

Frère Wulf, un jeune moine, doit espionner Johnson, un épouvanteur aux pratiques douteuses. Se faisant passer pour un scribe, Frère Wulf étudie le quotidien de son nouveau maître. Mais un jour, Johnson disparaît. Très inquiet, Wulf décide de chercher de l'aide.
C'est donc au milieu de la nuit qu'il frappe à la porte d'une étrange maison, dont le propriétaire n'est autre que Tom Ward. Ensemble, les deux hommes partent affronter une puissante créature de l'obscur... Mais le chemin est long, et les dangers, nombreux.

.

La saga de « L’Épouvanteur » semble avoir marqué un large public au fur et à mesure des tomes au vu des publications régulières et souvent célébrées. On va donc faire une confession assez honteuse : malheureusement pour nous, nous n’avons jamais eu le temps ni l’occasion de nous plonger comme il fallait dans l’univers de Joseph Delaney. Heureusement pour nous, l’auteur nous propose une aventure qui n’a guère besoin de plus de connaissances dans celui-ci pour se laisser prendre par le récit.

On intègre donc ce monde par les yeux de ce Frère Wulf, permettant de mieux se raccrocher de manière empathique à une narration plutôt rythmée. Les 300 pages en paraissent trois fois moins tant la lecture du roman se fait avec une certaine avidité, pris que nous sommes par les événements. L’univers dépeint exerce un pouvoir d’intérêt plutôt grand, bien aidé par la plume que l’on sent passionnée de Joseph Delaney. L’auteur éprouve un véritable amour pour son monde et le transmet facilement au vu du besoin d’en savoir plus dans lequel il nous laisse sitôt les pages fermées.

Ce « Frère Wulf » se révèle en ce sens une bien belle porte d’entrée dans le monde de « L’Épouvanteur » par toutes ses propositions. Les fans seront sûrement heureux de l’histoire proposée, les profanes (comme l’auteur de ces lignes) s’efforceront de rattraper tout ce qui a été fait auparavant pour mieux apprécier celle-ci tout en profitant d’un récit riche et extrêmement bien mené. Merci à Page Turners et Bayard Jeunesse pour l’envoi de ce livre car il nous aura contaminés au virus de « L’Épouvanteur ».

.

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *